Déclaration de Politique Générale du Premier Ministre /Mon point de vue

Conformément à l’article 42 de la constitution, le Premier Ministre, M. Ismail Ould Bedde Ould Cheikh Sidiya, a présenté les axes majeurs de la politique de son gouvernement devant les représentants du peuple.
En effet, toute oeuvre humaine est objet de débat et soumise aux lois de la contradiction. C’est ainsi que chacun donnera son point de vue selon son axe de lecture de la DPG.
J’ai parcouru tout le discours, dont deux points attirent mon attention : l’ Économie et la Justice. D’abord sur le plan économique, nous remarquons que l’objectif du gouvernement est de promouvoir les secteurs vitaux tels que la pêche, l’agriculture, l’élevage afin d’améliorer les conditions de vie des populations. Promouvoir l’agriculture, comme le souligne clairement le PM en ces termes,《 Dans le cadre de la politique de diversification agricole, des efforts aboutiront dans les prochaines années à notre autosuffisance pour le riz et la production d’une bonne partie de nos besoins en légumes, la modernisation de l’agriculture pluviale, le développement des filières maraîchères et fourragères.》revient à donner un coup de main aux cultivateurs en les dotant des moyens techniques et financiers. Pour se faire, il est impératif de revoir la stratégie nationale en la matière.
Ensuite, dans son grand oral, le Premier ministre reconnaît implicitement le mal dont souffre l’indépendance de la justice . Quand il dit, en parlant de la Justice, que:《 le gouvernement veillera à rendre effective cette indépendance , cela signifie, à mon avis, que le secteur est inféodé au pouvoir exécutif.
En revanche, sur le plan sécuritaire quelques lignes paraissent floues en dépit de la volonté affichée. Il est extrêmement difficile de parler d’une armée républicaine alors qu’une unité spéciale est détachée pour le compte de la sécurité du Président de la République. Il faut confier la sécurité présidentielle à la Gendarmerie Nationale.
Quant au Basep, il faut d’abord le dissoudre puis le remplacer par un Bataillon de Forces spéciales, avec de nouvelles prérogatives, le plaçant sous le commandement direct de l’ État Major Général des Armées. Une armée est dite républicaine quand les avancements et les promotions suivent des critères objectifs.
Parlant de la décentralisation, Monsieur Ismael Ould Bedde Ould Cheikh Sidita a oublié de clarifier un imbroglio institutionnel. Celui-ci concerne Nouachott divisé en trois régions administrativement séparées cependant que l’article 7 de la constitution stipule que Nouakchott est la capitale de la Mauritanie. De quelle partie de Nouakchott s’agit-il? Il est certes bien que l’urbanisation galopante de la ville de Nouakchott ait conduit le régime précédent dans une telle improvisation. Aussi faut-il que la capitale retrouve son unité.
De ce fait, pourquoi ne pas procéder par une déconcentration des compétences au lieu d’une déconcentration territoriale ? Cela sous-entend, comme l’avait soutenu quelqu’un il y a quelques années, que l’on peut créer trois grands départements avec des compétences élargies, dirigés par des hakems, qui rendent compte directement au Gouverneur Général de district de Nouakchott, délégué du gouvernement. Pour finir, je trouve que ce programme, dans son ensemble, est très ambitieux.
 Tokora Baba Diallo
Facebook – Le 06 septembre 2019

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer