Célébration de la journée mondiale de la contraception par les Jeunes Ambassadeurs pour la Santé Reproductive et la Planification familiale (PF)

A l’image des 9 pays du partenariat de Ouagadougou (Bénin, Burkina Faso, Côte d’ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo), la section Mauritanie des Jeunes Ambassadeurs pour la Santé Reproductive et la Planification familiale (PF)  a célébré la journée mondiale de la contraception le 26 septembre dernier à Kouva au centre de santé de l’AGD (Association des gestionnaires pour le Développement).

Des jeunes mobilisés pour l’espacement des naissances

 

Cette journée de plaidoyer et de sensibilisation tenue en présence des nouveaux adhérents du JA/SR (en majorité de jeunes filles),  avait pour but de mieux faire entendre la voix des jeunes sur la question de l’espacement des naissances en Mauritanie, un pays qui compte de plus 4 millions d’habitants.

Ce réseau de jeunes qui est affilié à ENEM (Ensemble espaçons nos naissances en Mauritanie) allié au Partenariat de Ouagadougou, s’attèle à impliquer les jeunes sur la problématique de la santé reproductive pour  l’espacement des naissances par des méthodes contractives gage de stabilité sanitaire et économique des ménages dans un contexte lié au manque d’information, et difficile accès des femmes aux méthodes contraceptives.

Une préoccupation soulignée par Hawa Ba, la présidente  du réseau des jeunes Ambassadeurs pour la santé de la reproduction  /PF d’après qui « beaucoup de femmes font des d’enfants sans savoir comment planifié leurs naissances, si elles font un espacement des naissances, elles peuvent mieux vaquer à leurs occupations pour sortit de la pauvreté, gérer l’éducation des enfants et s’épanouir sur le plan sanitaire & sociale, la contraception est la meilleure manière aussi d’éviter les grossesses non désirées ».

Un point de vue renforcé par Anta Diop, relais communautaire à Kouva depuis 5 ans, pour qui, « sans contraception, les femmes ne peuvent pas gérer leurs enfants comme il faut, quand on espace ses naissances, on a la santé et on peut mieux gagner sa vie » recommande t-elle.

Cette activité d’information et de sensibilisation ponctuée par des messages vidéos sur l’importance de l’espacement des naissances plaide pour la gratuité des méthodes contraceptives dans les centres de santé et les hôpitaux.

La présidente de cette initiative dénonce ainsi la vente de ces produits par des agents de santé « alors qu’en réalité, c’est gratuit » rappelle-t-elle. Ces jeunes ambassadeurs comptent œuvrer pour la mise en place de centre de santé adapté aux jeunes, et l’implication des jeunes ambassadeurs dans les actions du Ministère de la santé.

A 26 ans, Hawa Mody Sarr est une nouvelle adhérente de cette structure créée en 2015.  Elle estime que la sensibilisation sur la santé de la reproduction doit être faite dès le bas âge, afin de mieux prévenir les grosses précoces et non désirées en milieu jeune, elle souhaite aussi l’ancrage des jeunes ambassadeurs partout dans le pays pour un impact global.

Le président de la coalition ENEM (Ensemble espaçons nos naissances en Mauritanie), Aliou Diop accompagne pour sa part cette action témoignant que « si on veut gagner la révolution contraceptive, c’est avec les jeunes » un plaidoyer pour booster ces jeunes qui entendent contribuer au bien-être communautaire par le biais de l’espacement des naissances en Mauritanie

 

 

 Kassataya

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer