Sommet OIF : la candidate de l’union africaine en pole-position

Plus de doute pour les observateurs à quelques heures du 17ème sommet de la Francophonie à Erevan en Arménie les 11 et 12 octobre. La candidate du Rwanda Louise Mushikiwabo est assurée de succéder à la secrétaire générale sortante grâce au soutien des deux gros poids lourds le Canada et le Québec en plus de la Belgique de la France et de l’Union Africaine. Un succès diplomatique du président en exercice de l’organisation panafricaine et président rwandais Paul Kagamé.

 

Plus de suspense pour élire la nouvelle secrétaire générale de l’organisation de la Francophonie à quelques heures de l’ouverture du 17ème sommet dans la capitale arménienne. La candidate sortante la journaliste canadienne d’origine haïtienne vient d’être lâchée par les deux gros bailleurs le Canada et le Québec qui ont rallié les positions de la Belgique, de la France et de l’UA. Un consensus des pays membres qui permettra d’élire sans problème la candidate de l’Union africaine Louise Mushikiwaba du Rwanda.

Pour les observateurs c’est un succès diplomatique du président en exercice de l’UA, le président rwandais Paul Kagamé qui n’a pas ménagé tous ses efforts pour convaincre tous les pays africains membres de l’OIF. C’est une consécration africaine dans un pays francophile qui prendra à cœur la thématique des 2 journées sur le vivre-ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité source de paix et de prospérité. C’est une première dans cette ancienne république caucasienne qui rendra hommage au chanteur français Charles Aznavour qui s’en est allé il y a quelques jours.

Cherif Kane
Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 10 octobre 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Sourcewww.kassataya.com

Related Articles

Close
Close