Arrestation de journalistes en Mauritanie : l’enquête continue

KASSATAYA – (Paris) – Les autorités mauritaniennes ont procédé à l’arrestation de deux journalistes mauritaniens suite à une plainte qui serait déposée par l’avocat Jemal Taleb Mohamed. Le directeur de publication de l’agence Taqadoum Mahmoudi Ould Saibott, qui a écrit l’article en cause et Babacar Baye N’diaye, rédacteur en chef du site d’information Cridem qui a repris l’article via une version de Mondafrique, ont été appréhendé par les éléments de la police.

Une arrestation musclée

Il est reproché aux deux journalistes d’avoir diffamé l’avocat mauritanien résidant à Paris, Jemal Taleb Mohamed. Selon certains témoins Babacar Baye Ndiaye a été arrêté sur la voix publique de façon très musclée avec un excès de zèle notoire. Le journaliste a été mis de force dans la voiture de police devant des témoins médusés. Un témoin qui veut garder l’anonymat soutient qu’il a cru que c’était l’arrestation d’un délinquant ou d’un voleur. Allant dans le même sens, l’avocat Maître El Id Mohameden Mbareck a dénoncé les méthodes policières brutales qui ont entouré l’arrestation de Babacar Baye Ndiaye. L’avocat dénoncera par ailleurs la tournure de l’affaire, précisant qu’une simple convocation était suffisante et qu’il n’y avait nul besoin de retenir les journalistes au commissariat. Les familles des deux gardés à vue, à savoir celle de Saibout et de Babacar Ndiaye n’ont pas pu rendre visite à ses derniers. Les familles n’ont pu avoir des informations que via leurs avocats.

Un isolement quasi-total

Une certaine tension se lisait sur les visages des familles, amis et collègues venus en solidarité aux deux détenus. Soya Watt journaliste et épouse de Babacar Ndiaye s’inquiète quand à l’état de santé de son époux. Je ne sais pas si la police a transmis à Babacar ses médicaments et encore moins s’ils lui transmettent ses repas que nous livrons, nous n’avons aucune information, rien ! Arrêtés le mercredi après-midi, Mahmoudi Ould Saibott et Babacar Baye Ndiaye se sont fait accompagner par des policiers afin de mettre à la disposition des enquêteurs leurs ordinateurs respectifs. C’était l’occasion pour les membres de la famille, amis et collègues d’apercevoir les deux journalistes.

Perquisition et saisis d’ordinateurs

Selon certaines sources, les ordinateurs ont été transmis aux services compétents au siège de la sûreté nationale ce jeudi après-midi. Jusqu’à tard dans la nuit les deux journalistes n’ont pas été libérés, cependant pour certains il y’a un bon espoir que la plainte soit retirée d’autant que dans la soirée la direction du site Cridem a présenté ses excuses à l’avocat Jemal Taleb Mohamed. Dans ce communiqué la direction reconnaît qu’il y’a des informations erronées et des contre-vérités tout en regrettant les préjudices involontairement faits à l’avocat mauritanien.

 

Diallo Saidou dit Thierno

KASSATAYA

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Related Articles

Close
Close