Ganbanaaxun Fedde, nul n’est au dessus de la loi

Assez de polémique, de mensonges, des discours diffamatoires et même des appels à la guerre et au meurtre comme en témoigne un enregistrement audio d’une extrême gravité, diffusé à travers les réseaux sociaux par un certain Moro kanoute, chargé des relations extérieures de l’association ARMEPES et du mouvement extrémiste Ganbanaaxun Fedde. Pour ce dernier la justice n’est plus un recours pour résoudre le problème foncier.

Les droits fondamentaux de l’homme doivent être respectés dans toute société démocratique.

Pourquoi tant de haine contre les notables et les cadres de la localité de DAFFORT dans la région de Guidimakha (Mauritanie) qui réclament simplement leurs droits devant la justice ?

Le garde à vue de Mohamed Ould Mbareck, président de l’ONG Initiative d’Opposition aux Discours Extrémistes, arrêté depuis 09/07/2018 par le procureur de Selibaby pour diffamation et mensonge ne constitue en aucun cas une menace contre la paix mais bien au contraire un avertissement à ceux qui abusent de leur pouvoir pour déposer plainte contre x ou y sans aucune preuve. Notre justice, la justice mauritanienne est indépendante et impartiale.

Nous attirons l’attention de Monsieur Moro kanoute sur les évènements du Rwanda suite aux discours appelant à la haine qui ont coûté un million de morts.

Les propos sur l’interdiction des mosquées aux descendants d’esclaves et des cimetières dans le village de DAFFORT tenus par Mohamed Ould Mbareck sont faux et usage de faux, une histoire inventée de toute pièce par le mouvement Ganbanaaxun dans le seul but de saboter la communauté Soninké.

Les gens de DAFFORT sont considérés comme des féodaux selon certaines mauvaises langues qui ne cessent de parler de n’importe quoi et qui risque de les conduire sous les verrous.

Le litige foncier n’est pas une tentative d’expropriation comme disent certains pour salir les notables et les cadres de DAFFORT.

Le chien aboie, la caravane passe. Nous défendons nos droits. Le combat continue et faisons confiance à la justice de notre pays qui veille au respect des lois et préserve les droits de chacun. Nous militons pour la paix et rien que la paix. Pour trouver une entente et une solution aux revendications du mouvement que sont la chefferie du village et l’imamat, des questions liées à l’histoire de chaque village et non à l’esclavage, nous demandons à toutes les bonnes volontés de se réunir autour d’une table et de cesser toute insulte ou tout discours de haine sur les réseaux sociaux comme souhaite Monsieur Moro Kanoute.

En ce qui concerne l’interpellation hier (12/07/2018) de Diadie Bambi Coulibaly , un des leaders de ce mouvement pour trafic de drogue, le chargé de communication de Ganbanaaxun Feddé répondant au nom de Kundu Soumaré sous le pseudonyme de Sofo SoninkIdées sur les réseaux sociaux, multiplie des appels des manifestations devant le commissariat où est détenu Diadie Bambi Coulibaly. Nous demandons au ministre de l’intérieur d’élargir l’enquête sur les financements de ce groupuscule qui multiplie les actions de provocation et de haine envers des paisibles citoyens en Mauritanie, au Malin au Sénégal, en Gambie, etc…

Il y a lieu de se poser la question de savoir si Diadie Bambi Coulibaly ne finance pas les activités de son mouvement à partir des fonds acquis de manière illégale (drogue) quand on sait que le mouvement ne bénéficiant d’aucune subvention publique dispose pourtant des fonds colossaux pour payer des avocats et des ONG comme celle de Mohamed Mbareck.

 

Moustapha Camara
Président de l’association Guidimakha pour la Démocratie et le Développement et
du forum Démocratie islamique

 

 

(Reçu à Kassataya le 13 juillet 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Related Articles

Close
Close