Mauritanie : un état unitaire décentralisé , une nouvelle chance pour la cohabitation

La disparition du Docteur Bâ Bocar Alpha dernier bâtisseur de la Mauritanie relance le débat sur l’échec d’un état unitaire et ouvre un nouveau débat à la nouvelle génération pour résoudre la cohabitation.L’autonomie des régions prônée par les FPC s’inscrit dans cette démarche pour un état unitaire décentralisé, seul système de gouvernance pour une Mauritanie apaisée et réconciliée.

 

Un état fédéral ou un état unitaire centralisé. Un vieux débat qui avait suscité en 58 lors du Congrés d’Aleg des polémiques et abouti à l’émergence de deux blocs forts au sein des bâtisseurs de la Mauritanie.Les sudistes de la vallée voulaient un état fédéral dans un contexte où le pays était convoité par le Sénégal et le Maroc et les Nordistes un état unitaire centralisé avec une forte dominante arabe. La disparition la semaine dernière du dernier bâtisseur le Docteur Bâ Bocar Alpha ouvre un nouveau débat à la nouvelle génération pour résoudre la cohabitation.C’est l’échec de l’état unitaire centralisé qui est pointé du doigt par les observateurs depuis l’indépendance en 1960.

Ce système de gouvernance instauré par le père de l’indépendance Mokhtar Ould Daddah qui n’a pas réussi à chasser les démons du tribalisme et du régionalisme puis interrompu par les pouvoirs militaires depuis 78 ouvrant ainsi une longue période de dictature qui a accéléré la fracture ethnique jusqu’aux quinquennats de Ould Aziz où la faillite de l’Etat plonge le pays dans une impasse politique et économique avec en toile de fond une exclusion des franges les plus importantes de la populations les afro-mauritaniens et les Hratins.Un racisme d’Etat donc de non droit contraire au principe d’un état unitaire pour lequel la transparence centralisée peut évoluer au fil des années vers un processus de décentralisation qui consistera à transférer les compétences du pouvoir central vers d’autres autonomies.

C’est le sens des propositions des FPC qui prônent une autonomie des régions pour résoudre cette inégalité de richesses des territoires ou l’abandon de certaines régions au profit d’investisseurs malveillants étrangers et nationaux notamment dans l’accaparement des terres agricoles.Et surtout permettre une gestion autonome par et pour les populations.Contrairement à la nouvelle réforme de régionalisation de Ould Aziz qui découpe les territoires selon un schéma politico-tribaliste avec l’émiettement du Sud et des compétences très réduites des conseils régionaux dont certains hybrides compliquent davantage la gouvernance régionale .Dans cette foulée une décentralisation réussie pourrait même conduire à des états régionaux et peut-être au fédéralisme.Du grain à moudre pour les nouvelles générations mauritaniennes et au delà toute la jeunesse africaine qui aspire à la modernité politique , économique et socio-culturelle.

 

Bakala KANE

 

(Reçu à Kassataya le 16 avril 2018)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Related Articles

Close
Close