Entretien exclusif : Kane Hamidou Baba parle d’une délinquance de l’Etat

Quelques jours après la dissolution de 76 partis politiques dont le MPR, par un arrêté ministériel, le président du Mouvement Pour la Refondation (MPR) du Dr Kane Hamidou Baba, revient, un point amère, sur cette mesure contre le parti qu’il dirige.

En application de l’article 20 de la loi 2012-024 les partis n’ayant pas participé à deux élections successives ou n’ayant pas au moins 1% des suffrages exprimés deux élections de suites sont dissout.

Le Dr Kane Hamidou Baba a accordé à Kassataya un entretien exclusif dans lequel il revient sur la dissolution de son parti.

Kassataya : Quel commentaire faites-vous suite à la dissolution de votre parti politique le MPR en application de l’article 20 nouveau de la Loi n° 2012-024 ?

Kane Hamidou Baba : L’arrêté portant dissolution de notre Parti relève de l’amalgame et du règlement de compte. Je vous invite à relire l’article que vous avez cité. Il est loisible de constater, même pour un néophyte du droit, que l’article en question évoque clairement les deux cas de dissolution: (1) avoir participé deux fois à des élections municipales sans avoir obtenu 1% à chacune de ces élections ; ou, (2) n’avoir pas participé à deux élections municipales successives.

Le MPR n’est dans aucun de ces deux cas de figure. La seule élection à laquelle nous avons participé, c’est celle de 2018. Il y a clairement une volonté de règlement de comptes d’un Parti réputé indépendant. Mais, le MPR est porteur d’une certaine idée de la Mauritanie, celle d’une Mauritanie pour tous et par tous, fière de tous ses héritages, fermement ancrée dans la démocratie. On ne pourra jamais tuer cette idée!

Pourquoi vous ne reconnaissez pas l’arrêté du ministère de l’intérieur qui dissout le MPR ?

Kane Hamidou Baba : Nous ne reconnaissons pas l’arrêté du ministère de l’intérieur, sur le fond comme sur la forme. Savez-vous que jusqu’à présent, ce fameux arrêté, ne nous a pas été officiellement notifié ! Nous l’avons appris par voie de presse. Mais l’essentiel est ailleurs: il réside dans le fait que l’arrêté est illégalement dirigé contre notre Parti. Or, autant l’État a le droit de prendre des lois, autant il a le devoir de respecter ses propres lois. On frise, à travers de pareilles forfaitures, la délinquance de l’État!

Comptez-vous saisir la justice pour contester cet arrêté ?

Kane Hamidou Baba : Nous avons déjà saisi la justice. Nous sommes sereins, malgré le contexte d’inféodation des pouvoirs judiciaires et législatifs à l’appareil exécutif. Si le droit est dit, le MPR sera rétabli dans ses droits élémentaires.

Bientôt aura lieu l’élection présidentielle de 2019 en Mauritanie, quelle est votre position ?

Kane Hamidou Baba : Ces élections présidentielles marqueront un tournant décisif dans l’évolution du pays. Le pouvoir cherche à faire sa mue, dans un contexte où « on déshabille Mohamed pour habiller Mohamed ». Autant dire qu’il y a le risque de faire un joli slalom, en faisant du surplace. Malheureusement, l’opposition n’a pas compris qu’on ne cherche pas une candidature, à fortiori unique, quand on a même pas un programme commun! Et pourtant nous avions mis en garde contre une telle dérive !

Cela dit, l’alternance reste notre crédo, mais il n’y a pas de changement possible sans coalitions fortes qui travaillent en toute intelligence. Le MPR n’est pas pour une action isolée, c’est pourquoi nous sommes disponibles et nous travaillons à la constitution d’un vaste rassemblement regroupant des partis politiques, la société civile et des personnalités indépendantes, sur la base d’une plateforme minimale.

 

 

Propos recueillis par Diallo Saidou dit Thierno

15 mars 2019

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close