Agriculture : la Mauritanie mise sur une station de pompage sur le fleuve Sénégal

Intervenant face à la presse ce vendredi, la ministre mauritanienne du développement rural, Lemina Mint Elghotob Ould Moma, a annoncé que le gouvernement envisage de construire une station de pompage sur le fleuve Sénégal. Cette infrastructure servira à irriguer 65.000 hectares, a ajouté le membre du gouvernement mauritanien.

Le gouvernement mauritanien cherche sur une solution aux problèmes d’irrigation. Lemina Mint Elghotob Ould Moma, la ministre mauritanienne du développement rural, a indiqué à la presse locale ce vendredi à Nouakchott que son département comptait construire une station de pompage sur le fleuve Sénégal.

Lire aussi : Tunisie : Comme un air de campagne pour Youssef Chahed à Paris

Cette infrastructure devrait servir, a-t-elle dit, pour irriguer 65.000 hectares. Selon la ministre, des dispositions ont été déjà été prises pour atteindre cet objectif. Ainsi, près de 11.000 hectares se trouvant dans les zones irriguées ont été aménagés et réhabilités au cours des dix dernières années, a ajouté Elghotob Ould Moma. Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts en faveur de la diversification agricole, de l’augmentation de la production et du rehaussement de sa compétitivité, a-t-elle souligné.

Toujours à en croire Elghotob Ould Moma, cette initiative vient renforcer la lutte contre la pauvreté et la malnutrition et favoriser la sécurité alimentaire et la croissance durable du secteur agricole dans son ensemble, déclarait un peu plus tôt la ministre. D’après elle, il s’aligne sur les objectifs stratégiques du développement accéléré et de la prospérité partagée pour la période 2016-2030 et reste conforme au plan national de développement agricole 2016-2025.

Des résultats encourageants

 

Si les producteurs agricoles en Mauritanie ont toujours montré une bonne volonté, ils doivent malheureusement souvent faire face aux problèmes liés à l’eau. Ainsi ce nouveau projet annoncé par la ministre en charge du développement rural est une très bonne nouvelle.

Déjà, les efforts fournis jusqu’alors a relevé Lemina Mint Elghotob Ould Moma, ont permis de protéger le produit national de riz en augmentant les superficies destinées à cette denrée qui est désormais très prisée par les consommateurs locaux. Dans le sous-secteur oasien, selon la ministre, de nombreux réseaux d’irrigation réalisé ont permis d’irriguer 270.000 palmiers dattiers dont 85.000 nouvellement plantés suivant les critères techniques.

Lire aussi : L’Algérie réajuste ses mécanismes pour booster les exportations vers les Etats-Unis

Rappelons qu’en juillet de l’an dernier, la Mauritanie avait également lancé une initiative en faveur de l’irrigation. Il s’agit de sa composante du Projet régional d’appui à l‘initiative d’irrigation au Sahel financé à hauteur de 25 millions de dollars par la Banque mondiale.

Emmanuel Atcha

Source : Afrique La Tribune

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close