Ces retraités français qui choisissent l’Afrique

Le continent africain est la première terre d’exil du troisième âge hors d’Europe, avec une préférence pour les pays du Maghreb, le Sénégal et l’île Maurice.

 

Une retraite à 9 388 kilomètres. Pascal* est un aventurier. Cet ancien employé de banque de 62 ans a choisi de partir vivre à l’île Maurice sans y avoir jamais mis les pieds. En septembre 2018, il a quitté son port d’attache de Seine-et-Marne avec son épouse et son envie de vivre ailleurs.

Portugal, Italie, Espagne, Thaïlande, Bali, Grèce, Brésil… mais aussi Algérie, Maroc, Tunisie ou Sénégal. Si les destinations favorites de l’exil du troisième âge sont variées, de plus en plus de Français optent comme Pascal pour les côtes africaines. L’Afrique est même devenue le deuxième continent d’accueil. Avec 40 % du 1,15 million de retraités français qui résident à l’étranger, elle talonne désormais l’Europe (50 %), selon les chiffres 2017 de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV). Les autres continents – Amériques, Asie et Océanie – arrivent bien loin derrière, se partageant les 10 % restants.

La tendance au départ est à la hausse. En quarante ans, la proportion de retraités français résidant à l’étranger a quasiment doublé, passant de 4,6 % en 1980 à 8,2 % fin 2017. Et encore, cette donnée ne comptabilise que ceux dont le versement des indemnités est domicilié hors de France. S’y ajoutent donc tous ceux, invisibles dans les statistiques, qui touchent leur retraite en France et passent jusqu’à la moitié de l’année ailleurs.

Papy-boom africain

 

Ces départs se préparent longuement, car passer tout ou partie de sa retraite hors des frontières ne s’improvise pas. Pascal a travaillé son sujet durant six mois. « Quand j’ai fait le choix de Maurice, explique-t-il, je me suis mis à suivre l’actualité locale, j’ai cherché à comprendre quelles étaient les préoccupations des habitants, leur quotidien. J’ai découvert qu’il faudrait conduire à gauche ! », sourit-il. Au-delà l’anecdotique, il a scrupuleusement travaillé son installation.

Au fur et à mesure de l’émergence de cette communauté de retraités d’un nouveau type, sites, forums de discussion, guides spécialisés et même un salon ont vu le jour. « S’expatrier, mode d’emploi », qui a lieu tous les ans au printemps à Paris depuis dix ans, est ouvert aux actifs comme aux retraités. En 2018, il a accueilli plus de 2 000 visiteurs venus confirmer les informations qu’ils ont trouvées sur Internet : fiscalité, santé, patrimoine, immobilier, sécurité… Toutes les institutions y sont représentées. « On reçoit de plus en plus de monde sur le stand de l’Assurance retraite et les publics sont très hétérogènes », confie Philippe Bainville, attaché de presse de la CNAV, coorganisatrice de ce rendez-vous.

Si l’attractivité des pays européens peut notamment s’expliquer par les conditions fiscales avantageuses réservées aux résidents français – allant parfois jusqu’à l’exonération d’impôt durant dix ans, comme au Portugal –, il n’en va pas de même pour l’Afrique. Certes, le Maroc et la Tunisie proposent des régimes fiscaux intéressants et des facilités de titres de séjour, mais les raisons du papy-boom africain sont à chercher ailleurs. Souvent dans l’histoire familiale.

 

Lire aussi Les chibanis ou comment « faire entendre la voix de nos vieux invisibles »

De loin le premier pays d’accueil sur le continent, l’Algérie compte plus de 360 000 pensionnés résidents, dont la moitié sont des veuves de travailleurs émigrés vers la France dans les années 1960 et 1970, devenus français et « revenus au pays » après leur vie active. Idem pour le Maroc, avec 62 000 pensionnés dont 32 000 veuves, ou la Tunisie, avec 22 000 pensionnés dont 15 000 veuves. A ces terres du Maghreb s’ajoutent le Mali (4 628 pensionnés, 1 751 veuves) et le Sénégal (3 890 pensionnés, 2 443 veuves), qui eux aussi comptent des familles de migrants. Des retraités « qu’on ne retrouve pas sur notre salon parce qu’ils connaissent parfaitement leur pays », décrypte Philippe Bainville.

Des liens très forts

 

Mais au-delà de l’histoire de ces Français arrivés dans les années 1960 et repartis à l’âge de la retraite, la Tunisie, le Sénégal et surtout le Maroc restent des destinations privilégiées, malgré les soubresauts des « printemps arabes ». « La Tunisie a connu un fort ralentissement des installations après la révolution de jasmin et, surtout, les attentats terroristes de 2015, constate Paul Delahoutre, créateur du site Retraite sans frontières et éditeur de guides. Mais cela ne s’est jamais arrêté complètement et, depuis un an, les gens reviennent. »

L’attractivité jamais démentie de ces trois pays s’explique. Bien sûr on y parle français. Bien sûr ces destinations sont à quelques heures d’avion de l’Hexagone. Bien sûr la vie y est moins chère de 20 % à 30 % et le climat plus clément qu’en France. Mais beaucoup de ces retraités voyageurs partent y retrouver une partie de leurs racines et renouer avec leur histoire familiale. S’ils n’ont pas forcément de double nationalité, ils n’ont jamais vraiment coupé le cordon avec ces terres où ont souvent vécu leurs ancêtres.

 

Lire aussi Fuir l’hiver ! Cinq séjours au soleil

C’est le cas d’une partie de la communauté française rentrée après les indépendances des années 1950 et 1960 et qui a conservé des liens très forts, à l’instar de Serge et Catherine. « J’ai fait mon lycée à Casablanca, raconte l’ancien designer de 73 ans. Ma famille était présente depuis des générations au Maroc, et aussi en Tunisie. Nous avons conservé une maison à Marrakech qui a été le point de ralliement de toute la famille jusqu’en 2016. Aujourd’hui, nous louons et nous passons plusieurs mois par an au Maroc. Je suis envoûté par l’extrême douceur de vivre qui y règne et la gentillesse des gens. »

John est né à Casablanca et sa famille est rentrée en 1965. Il avait 16 ans et n’a jamais oublié ni la lumière ni les paysages « absolument magnifiques ». Après une vie d’entrepreneur à Paris, il a fini par s’installer à demeure à moins de 100 km de Casablanca, sur la côte, avec sa femme « qui s’est attachée au pays ». François, lui, a fait son lycée à Dakar dans les années 1950 et sa carrière de diplomate l’a sans cesse ramené au Sénégal : « J’ai des attaches familiales des deux côtés de la Méditerranée. Vivre au Sénégal est un projet de vie. »

Par amour ou par hasard

 

D’autres ont découvert l’Afrique durant leur vie professionnelle ou lors de vacances et le charme n’a jamais été rompu. « On est arrivés au Sénégal un peu par hasard en 2009 pour une semaine dans un hôtel, se souvient Christian, ancien chef d’entreprise. Ç’a été le coup de foudre ! Aujourd’hui nous n’avons même plus de domicile officiel en France. Et nous sommes fiscalisés ici : on en avait trop marre de voir notre retraite maigrir d’année en année à cause des taxes. Désormais notre communauté d’amis est plus importante ici que là-bas. » Ici, c’est Saly Portudal, à 70 km de Dakar. Là-bas, ce sont les Vosges, où Christian et son épouse passent encore quelques semaines de vacances durant la belle saison.

Marie*, elle, a une autre histoire. Cette enseignante à la vie nomade, « qui a aimé être délocalisée » au gré de ses différents postes, arrive à Tunis à l’aube de la cinquantaine. Native de l’est de la France, rien ne la prédestinait à un parcours méditerranéen qui l’a menée de la Syrie au Maroc, en passant par la Tunisie. Elle découvre Djerba et en tombe amoureuse, au point d’y acheter une petite maison qu’elle retape durant une douzaine d’années avant d’y prendre sa retraite. « Aujourd’hui je partage ma vie entre la Bretagne et Djerba. Pour vivre sur une île, il faut aimer la nature, la mer et être ouvert aux autres. »

 

Lire aussi L’île Maurice en quête d’un second « miracle »

Pascal, qui a posé ses bagages à Maurice, n’aurait pas dit mieux : « Les gens sont extrêmement sympathiques et solidaires. On ne ressentait pas ça en France. » Dans le palmarès des destinations, lîle de l’océan Indien fait un peu figure d’exception, ne serait-ce que par son éloignement de la métropole et les nombreuses contraintes que le pays impose aux nouveaux arrivants. Volcanique comme la Réunion – dont elle n’est séparée que de 172 km –, Maurice offre un cadre exceptionnel de plages, de montagnes et de mélange de cultures d’Afrique et d’Asie qui attire de plus en plus. En 2018, plus de 2 600 retraités français ont fait le choix de s’y installer pour de bon.

A l’origine, Pascal rêvait de retourner dans sa Martinique natale. « Mais la vie y est beaucoup trop chère. Des amis mauriciens m’ont convaincu. Nous n’avons pas une très grosse retraite, et pour la même dépense qu’en région parisienne, nous avons une qualité de vie nettement supérieure. » Si la greffe ne prend pas, Pascal s’est promis de larguer à nouveau les amarres pour revenir en France. Aventurier jusqu’au bout.

* Les prénoms ont été changés.

 

Sandrine Berthaud-Clair

Source : Le Monde

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close