Mauritanie : Ould Abeid pointe 10 ans de pouvoir autoritaire de Ould Aziz

Dix ans de laxisme de manipulation des communautés nationales de l’instrumentalisation de la justice du parrainage de complicité active avec une franges d’intégristes religieux de bradage de l’économie du pays et de cohabitation ratée. Telles sont quelques grandes lignes succinctes du bilan catastrophique pointé par le président de l’IRA dans un entretien publié cette semaine par le quotidien Le Calame à Nouakchott.

Une sortie médiatique du président de l’IRA candidat à la présidentielle au lendemain de sa libération après 5 mois de prison suite à une affaire de diffamation. Ould Abeid se veut convaincant sur ce qui l’attend dans 3 mois et très critique du régime de Ould Aziz dont le bilan est catastrophique sur tous les plans. C’est d’abord la manipulation des différentes composantes nationales depuis 2009 qui créé une animosité entre elles au point aujourd’hui qu’elles ne se parlent plus. Ce travail de sape contre le lien social a abouti aujourd’hui à la parodie de marche contre le racisme et la haine du 9 janvier dernier.

Le leader Hratin sait qu’il revient de loin avec un record de 4 arrestations et d’emprisonnement ponctué quelques fois d’urgences à l’hôpital pour des problèmes de santé. Une persécution constante du pouvoir qu’il considère comme un encouragement à poursuivre le combat contre l’esclavage contre vents et marées. Ensuite c’est l’échec de la réconciliation nationale qui caractérise certainement les deux quinquennats de Ould Aziz qu’il accuse d’avoir fait perdre l’espoir aux orphelins, veuves et survivants de voir un jour leurs droits recouverts et la mémoire des défunts réhabilitée selon ses propres termes. Il regrette bien que durant 10 ans Ould Aziz ait bradé l’économie du pays au profit des multinationales pour en arriver à la vente des ports et aéroports la banqueroute des sociétés publiques et surtout le surendettement du fleuron de l’industrie mauritanienne, la SNIM. Pour le député SAWAB-RAG les 10 ans de laxisme résident surtout dans une complicité active de Ould Aziz avec une frange d’intégristes violents issus de mosquées et établissements d’enseignement originel du pays.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya le 11 janvier 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Check Also

Close
Close
Close