Le mystère du vénérable vieillard

« Chaque vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle » dit l’adage.

Un vieillard disparaîtra dans quelques jours, celui que les mauritaniens voyaient depuis 1974, en filigrane sur les différents billets de banque de leur pays.

Il est arrivé et repartira sans que beaucoup de monde ne sache quelque chose le concernant.
Un mystère qui aura duré plus de quatre décennies et dont on révèle un pan aujourd’hui.

Autour de l’effigie de ce vieil homme, beaucoup de supputations mais jamais d’explications de la part des autorités, ni celles qui en ont été à l’origine et encore moins celles qui se sont succédées après elles.

L’histoire de ce vénérable vieillard date de 1974, par un concours de circonstance pourrait-on dire, lors d’une visite effectuée par le gouverneur de la banque centrale de l’époque, frère cadet du président Mokhtar O. Daddah et actuel président du RFD, Ahmed ould Daddah, à l’île sénégalaise de Gorée.

Lors d’une escale à Dakar, en route pour l’Allemagne où devait être imprimer la nouvelle monnaie mauritanienne après celle qui l’a été en Algérie, Ahmed O. Daddah, décide de visiter l’île de Gorée naguère point de départ de la traite négrière vers l’Amérique.

En empruntant la voie des artistes, dans cette île symbole, l’attention du gouverneur de la banque centrale de Mauritanie fut attirée par un tableau représentant un vénérable vieux derrière lequel se trouvait un jeune homme à la fleur de l’âge, aux traits des hommes du Sahara mauritanien.

Ahmed O. Daddah qui avait reconnu, à travers ce tableau des traits qui lui sont familiers de l’autre côté du fleuve, décida alors de l’acquérir et de l’amener avec lui en Allemagne.

Sur place, et au moment de la conception des futurs billets de banque, le gouverneur de la BCM demande que la photo du vieil homme soit découpée et mise en filigrane sur la monnaie.

Mokhtar O. Daddah à l’époque avait refusé que sa photo soit portée sur la monnaie nationale, celle-ci appartenant à tous les mauritaniens ne doit porter que ce qui les réunit dans l’avenir et qui ne s’identifie à aucune région ou composante du pays.

Ce tableau est l’œuvre d’une artiste française, Mirto Deparde qui avait visité le Niger, la Mauritanie et le Mali et gardé l’image des hommes du Sahara ou les hommes bleus dont elle avait apprécié leur noblesse et leur mystère.

Elle a su garder le secret et la précision de leurs traits qui ont inspiré toutes ses œuvres depuis 1937 jusqu’à sa mort en 1983.

Elle avait exposé ses tableaux dans 50 expositions à Nouakchott, Dakar, Bamako, Abidjan et Paris.
Elle exposait aussi chaque année ses tableaux à l’île de Gorée où l’avait rencontré, pour la première fois, le gouverneur de la banque centrale de Mauritanie en 1973.

Une rencontre au cours de laquelle il avait acheté le tableau qui délivrera à la monnaie de ce pays, à peine sorti de la zone franc, une identité ou mieux, une spécificité qui a constitué pendant longtemps un mystère pour les mauritaniens.

 

Le mystère du vénérable vieillard
Mirto Deparde est née en 1900, dans une petite localité française dans l’Elbe, appelée Treciglio.
Fille d’un prêtre, elle avait séjourné plusieurs années en Algérie avec sa famille avant de se rendre au Sénégal où la famille se fixera pour des raisons professionnelles.Cette proximité de la région permettra à l’artiste de se rendre dans plusieurs régions habitées par « les hommes bleus » comme les appelaient à l’époque certains occidentaux en référence à leurs turbans et la couleur de leurs peaux différente des autres.L’artiste française est morte le 30 octobre 1983 à Paris après avoir consacré la plus grande partie de ses œuvres aux hommes du Sahara et à la culture des peuples qui en sont originaires.

 

 

Source : Saharamédias.net (Le 12 décembre 2017)

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close