Vu de l’étranger – Emmanuel Macron, un excellent leader de think tank

Selon Politico, les analyses pointues et les citations provocatrices du président français le font plutôt passer “pour le patron d’une boîte de consultants que pour le chef des armées de la seule puissance nucléaire de l’Union européenne”.

Le président français est un orateur que l’Europe envie à la France, écrit Politico. L’édition européenne du magazine américain en est convaincue : à chaque discours ou interview important, “une grande partie de la constellation des décideurs français et européens est impressionnée, pour ne pas dire éblouie, par la vision stratégique grandiose qu’il dépeint avec éloquence”.

Ses analyses pointues et ses citations provocatrices lui valent même, selon le magazine, de passer plutôt “pour le patron d’une boîte de consultants que pour le chef des armées de la seule puissance nucléaire de l’Union européenne (UE), également membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies”.

Mais son bilan au bout de trois ans et demi de mandat n’est pas à la hauteur de ses ambitions, constate le journal :

Son bagout a masqué l’impuissance de la France sur nombre de théâtres étrangers essentiels.”

D’abord, Macron n’a pas réussi à convaincre un allié majeur, les États-Unis, de travailler de pair avec la France sur un certain nombre de dossiers cruciaux : l’Iran, la politique climatique, le commerce international ou la pandémie de Covid-19, poursuit Politico.

Et même si le président français peut mettre à son actif le plan de relance européen suite à la crise sanitaire, il a été mis à l’écart sur nombre de dossiers dans lesquels il a tenté de peser : le cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh, la mise en place d’un nouveau gouvernement au Liban ou le soutien à la Grèce face à la Turquie.

Un expert en relations internationales à Berlin commente :

L’approche versatile de Macron dans le domaine de la politique, qui consiste à toujours vouloir être le premier sur la brèche, n’incite guère ses partenaires à se joindre à lui. Au nom d’une politique commune en matière de diplomatie et de sécurité, l’UE ne saurait se contenter de souscrire aux fanfaronnades de la France.”

Politico – Bruxelles

Source : Courrier international

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer