Traditions : ​Le Japon entend remettre de l’ordre dans ses noms

Au Japon, la convention veut qu’on écrive le nom d’une personne suivi de son prénom. Depuis longtemps, les médias étrangers ont décidé d’inverser cet ordre. À l’approche de grands rendez-vous internationaux, les autorités nippones veulent imposer à tous la forme traditionnelle.

 

Shinzo Abe ? Ou Abe Shinzo ? En retranscrivant en version romanisée les noms, les journaux étrangers ont depuis longtemps adopté la première forme. Leurs confrères écrivant des idéogrammes, la seconde. Pourquoi une telle différence alors que les noms propres en Chine ou en Corée du Sud sont rapportés selon l’usage dans chacun de ces pays ? “La pratique de faire précéder les prénoms a été largement acceptée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, quand le Japon s’est tourné vers l’Europe alors qu’il cherchait à moderniser son économie et son armée”, écrit The Guardian.

Mais voilà, les autorités nippones ne l’entendent plus de cette oreille et prévoient de retourner à la pratique ancestrale. Le ministre des Affaires étrangères, Taro Kono – ou faudrait-il écrire Kono Taro ? –, a annoncé qu’il demanderait aux médias étrangers d’adopter l’ancienne forme. Le quotidien britannique explique :

Certains voient ce changement comme s’inscrivant dans le mouvement mené par le conservateur Abe de montrer une plus grande confiance dans la culture et l’histoire japonaises alors que le pays se prépare à être sous le feu des projecteurs internationaux, d’abord avec le sommet du G20 [en juin], suivi de la Coupe du monde de rugby à l’automne et des Jeux olympiques en 2020.”

Le chef de la diplomatie a d’ailleurs dit qu’il espérait que ce changement soit introduit avant le sommet du G20 à Osaka, alors que, parmi les invités, figureront les présidents chinois, Xi Jinping, et sud-coréen, Moon Jae-in, dont le nom est écrit dans le bon sens…

The Guardian – Londres

Source : Courrier international

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer