Mali : le dossier des réfugiés mauritaniens à Kayes pointé par le HCR

La visite cette semaine des camps de plus de 15000 réfugiés mauritaniens dans la capitale du rail au Mali par l’assistant de la protection du HCR ouvre de nouvelles perspectives de réouverture du règlement du passif humanitaire à la suite des déportations de plus de 60000 noirs au Sénégal et au Mali en 89 sous le régime de Ould Taya.

Au moment où la Mauritanie s’apprête à élire un nouveau président la question des réfugiés mauritaniens au Mali niée jusqu’ici par les autorités de Nouakchott interpelle tous les candidats en particulier ceux de l’opposition qui ont fait de la réconciliation nationale un gage de la cohésion sociale. Ce dossier du passif humanitaire est pointé cette semaine à Kayes au Mali par le HCR à l’occasion de la visite de son chargé de la protection des réfugiés au cours d’une cérémonie de remise du certificat de nationalité malienne à une dizaine de réfugiés mauritaniens sur un total de plus 15000 depuis le rapatriement volontaire de certains d’entre eux en 97. Ces derniers sont revenus dans la cité du rail faute de leur réintégration en Mauritanie. Seulement plus de 1000 réfugiés ont réussi leur intégration administrative.

Le cas de réfugiés au Mali a été longtemps ignoré par le régime de Ould Aziz au point d’être un problème tabou. En procédant à l’arrêt du rapatriement des réfugiés au Sénégal Ould Aziz entendait clore ce dossier brûlant mais c’est sans compter sur le dynamisme des organisations nationales et internationales des droits de l’homme et des associations de ces réfugiés au Mali et au Sénégal.

En remettant à l’ordre du jour les conditions d’errance difficiles de ces réfugiés à Kayes le HCR ouvre ainsi de nouvelles perspectives de solutions à ce drame mauritanien qui remonte à 89 avec les déportations de plus 60 000 noirs au Sénégal et au Mali. Seul un accord quadripartite entre Nouakchott, Bamako, Dakar et HCR pourrait rouvrir ce dossier épineux du passif humanitaire.

Cherif Kane
Coordinateur journaliste

 

 

(Reçu à Kassataya le 09 février 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer