Intelligence économique : une mission pour la diaspora africaine

C’est un fait : la diaspora africaine est très critique à l’égard de l’Afrique. Pourtant, la Banque mondiale estime que les envois de fonds vers les pays à revenu faible et intermédiaire ont atteint 466 milliards USD en 2017. Le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) pense que si la diaspora est la première banque d’Afrique, elle peut faire mieux que critiquer et financer.

Prenant à son compte la définition de la Commission de l’Union africaine (UA), le CAVIE considère la diaspora africaine comme l’ensemble des personnes d’origine africaine vivant hors du continent africain et souhaitant contribuer au développement de ce dernier, ainsi qu’à la construction de l’UA. En somme, ce sont 170 millions de personnes dont 40 millions en Amérique du nord, 113 millions en Amérique du Sud, 14 millions aux Caraïbes et 4 millions en Europe auxquelles le programme « Diaspora Connection » du CAVIE s’adresse. Objectif : faire de la diaspora le poste avancé de l’intelligence économique africaine, ses yeux et ses oreilles hors de ses frontières.

Pour le CAVIE, « la Diaspora africaine ne peut se contenter d’être uniquement la première banque d’Afrique ». En effet, les transferts vers la région Moyen-Orient et Afrique du Nord ont progressé de 9.3 % pour atteindre 53 milliards de dollars en 2017, contre 11.4 % vers l’Afrique subsaharienne, pour atteindre 38 milliards USD sur la même période. Selon les analystes du groupe de la Banque mondiale, « les principaux destinataires des transferts étaient le Nigéria (21.9 milliards de dollars), le Sénégal (2,2 milliards de dollars) et le Ghana (2.2 milliards de dollars) », trois pays où les besoins en intelligence économique et due diligence sont aussi les plus criants.

Son appel aurait très bien pu s’intituler « Diaspora africaine, devenez des espions dans tous les secteurs économiques ! » ou « Critiquez moins, et collectez plus de renseignements économiques et industriels pour le développement de la mère-patrie ! », voire « Décideurs africains, il est temps de former des espions du monde économique ! » Mais le leader du CAVIE tient à la distinction entre l’espionnage et l’intelligence économique, cette dernière reposant strictement sur des informations obtenues légalement. Pour autant, la gravité de l’appel est exactement la même. Pour lui, l’urgence du moment est la sensibilisation et la formation. « Et nous allons le faire massivement, partout où besoin sera », a assuré le numéro un du Centre africain.

En dévoilant le programme « Diaspora Connection », le 25 novembre 2018 à Paris, Guy Gweth, président exécutif du CAVIE, a lancé aux Africains de l’étranger: « si vous évoluez chez McDonald’s, à Londres, étudiez minutieusement chaque aspect de votre environnement de travail pour que les prochains fast-food de votre pays d’origine soient meilleurs que McDonald’s (…) Vous continuerez à utiliser vos moyens de transfert d’argent, mais avec le CAVIE, vous transférerez l’expertise et les bonnes pratiques professionnelles adaptables aux marchés africains (…) En face, les Etats et les entreprises du continent pourront nous remettre la liste de leurs besoins en informations et nous irons faire les courses en nous appuyant sur notre diaspora

Alors que Bretton Woods précise que l’Afrique « compte plusieurs pays où les envois de fonds représentent une part importante du produit intérieur brut, notamment le Libéria (27 %), la Gambie (21 %) et les Comores (21 %) », le CAVIE entend faire de la diaspora africaine le premier pourvoyeur d’expertises et de technologies à haute valeur ajoutée pour le développement et la compétitivité du continent africain.

André Toungui

Source : Financial Afrik

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close