Bref aperçu sur la question nationale en Mauritanie ( suite)

 

Note de la rédaction: Le vice-président de l’UFP continue sa série de sorties sur l’histoire politique du pays et ses fondements communautaires

La Mauritanie s’ est créée au sud. Littérallement. Saint-Louis était encore sa capitale administrative lors de son accession à l’ indépendance. Au plan politique et diplomatique, comme au plan économique et social, la densité de nos rapports avec le Mali à l’ est et le Sénégal au sud n’ a d’égale que la maigreur de ces mêmes rapports avec son flanc nord. En 1960-61, l’ Algérie est dans sa grande guerre de libération nationale et, envers et contre tout, le Président Mokhtar Ould Daddah soutient la lutte du peuple algérien au risque de déplaire à la France du Général d Gaulle. Le Maroc, auréolé du prestige du Roi progressiste Mohamed V, fait de la revendication d’annexion de la Mauritanie, une grande cause nationale que reprendra et amplifiera le redoutable Hassan II. Politiquement fermé par ces circonstances, la géographie accentue notre isolement par rapport aux freres du Nord.

Le grand Sahara isole le pays et même l’enclave par rapport à un monde arabe en pleine èbullition notamment sur la question de Palestine, et qui fondamentalement, donne acte à la revendication marocaine. Seule la voix du Combattant Suprême fait dissidence. Une voix forte, certes, une voix qui porte, une voix qui fut salutaire pour notre peuple et dont devraient toujours se souvenir les générations qui succèderont aux gènérations dans ce pays.
Il résulte de cette double occurrence contraignante, diplomatique et géophysique, que la Mauritanie, née au sud du pays, était ouest africain, dans sa réalité géopolitique. Les conditions même de sa survie quotidienne dictaient les orientations internationales en ces temps lá, en plus de la vision diplomatique ètonammemt progressiste du Premier Président de la République. Ami presque naturel de Senghor ( même s’il l’ agaçait un peu, me confia t-il un jour, à Nice, avant la sortie de ses Mémoires), il se sentait autrement plus proche de Ahmed Sékou Touré, Modibo Keïta ou Gamal Abdel Nasser dont il admirait leur nationalisme intransigeant.

Cependant, trés vite, Mokhtar Ould Daddah entendît sortir du huis-clos ouest africain auquel pouvaient le condamner, les circonstances précitées. Il joua donc au Chef d’orchestre d’une diplomatie tous azimuts, fortement marquée par une sensibilité de  » gauche » malgré ( ou à cause de) la forte influence économique et culturelle de la France. Il énonça sa doctrine de la Mauritanie,  » pont entre le Nord et le Sud du continent » et en obtînt des résultats auxquels nul autre Chef d’Etat ne parviendra ( hormis la parenthése de son ancien jeune ministre, le Président Sidi Ould Cheikh Abdallah). Toute l’Afrique reconnaîtra trés vite le leadership de la Mauritanie et même au-delà.

L’Ouest par la France respecte ce pays sorti de nulle part et qui joue trés tôt un rôle marquant dans un Tiers Monde en pleine offensive anti-impérialiste. L’Est reconnaît le courage, voire le culot de ses engagements: Kim Il Sung le leader nord coréen, Chef d’ Etat ermite, fait une visite exceptionnelle à Nouakchott -encore dans les limbes. Deng Xiao Ping, en pleine ascension politique peu avant la Révolution Culturelle est envoyé par Mao Tsè Toung en personne à Nouakchott pour plaider la cause de la Chine aux Nations Unies où le règime communiste tente de déloger celui de Taïpeh ( Taïwan).

De telles prouesses qui portent notre diplomatie au firmament a une explication simple: la Mauritanie joue à plein régime sa partition de pays charniere, de pont, entre un monde arabe polarisé autour de la question palestinienne et une Afrique noire admirative de ce maure discret, efficace, qui réussit le tour de force de résister au Maroc, de soutenir l’Indépendance de l’Algérie, que le Général De Gaulle respecte malgré tout, sympathisant de Sékou Touré et ami, presque cousin à plaisanterie au futé Président Senghor.

Donc, jusqu’au début des années 70, la diplomatie mauritanienne est plutôt apaisante et équidistante, sur le front de la question nationale, au grand dam des nationalistes arabes radicaux de plus en plus mécontents de ce qu’ils pensent être des lenteurs dans les reformes d’arabisation tous azimuts qu’ils prônent, y compris sur le plan de l’environnement diplomatique du pays et dont ils savent l’enjeu qu’il représente dans la question de l’identité profonde de la Mauritanie.

Lo Gourmo Abdoul

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close