Mauritanie : Ould Aziz toujours en attente de la convocation de la police des crimes économiques à Nouakchott

Après que 6 anciens ministres du régime de Ould Aziz soient placés sous contrôle judiciaire cette semaine par la police des crimes économiques à Nouakchott les observateurs lorgnent maintenant vers le principal accusé qui a gouverné pendant 10 ans la Mauritanie.

Une décennie qui aura permis à Ould Aziz non seulement de transgresser la constitution avec ses réformes constitutionnelles rejetées par les mauritaniens dans leur diversité mais surtout de bâtir une fortune colossale. Sa mal gouvernance aura coûté à l’état une ardoise de plus de 400 milliards d’ancienne monnaie soit 40 milliards nouvelle monnaie.

De quoi construire et équiper de nouveaux hôpitaux de nouvelles écoles et de réduire la fracture sociale que son successeur est en train d’essayer mais qui n’a pas lésiner à laisser faire la justice pour traquer tous les délinquants financiers de 2009 à 2019.

Pour l’instant les mauritaniens commencent à voir des têtes de l’ancien régime sous l’eau. Six parmi elles sont placées sous contrôle judiciaire soupçonnées d’avoir passé des contrats juteux en violation des codes des marchés publics que l’ancien président Ould Aziz aurait encouragé. Tous l’ont mouillé dans toutes les affaires citées par le rapport.

Les observateurs attendent qu’il passe devant la police des crimes économiques. En attendant Ould Aziz tente de redorer le blason politiquement avec ses fidèles qui viennent d’intégrer le parti unioniste démocratique et social ( PUDS)d’obédience baathiste pour préparer les élections de 2024.

 

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

Suggestion kassataya.com :

(Reçu à Kassataya.com le 12 août 2020

 

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer