Racisme – “Il est Africain-Américain” : une altercation à Central Park suscite l’indignation aux États-Unis

Selon la presse américaine, la diffusion de la vidéo d’une dispute entre deux New-Yorkais lundi 25 mai a suscité sur les réseaux sociaux d’intenses discussions au sujet des Noirs victimes de fausses dénonciations.

La vidéo d’un différend entre deux promeneurs à Central Park a été visionnée “plus de 20 millions de fois” sur Twitter, rapporte le New York Times.

Selon le quotidien, ce qui avait “commencé comme une dispute banale entre deux New-Yorkais”, lundi 25 mai, a dégénéré, sur fond d’accusation de racisme.

Christian Cooper, un “homme noir passionné d’ornithologie”, a déclaré avoir demandé “à une femme blanche” de tenir son chien en laisse dans un secteur de Central Park où c’est obligatoire. Mais “elle a refusé”, souligne le New York Times. Christian Cooper a alors filmé avec son téléphone la femme, qui averti qu’elle allait appeler la police.

La police “appelée sans raison”

 

“Je vais leur dire qu’il y a un Africain-Américain qui met ma vie en danger”, l’entend-on dire dans la vidéo diffusée sur Twitter par la sœur de Christian Cooper, qui surnomme la femme Karen – en argot américain, ce prénom désigne “une femme blanche à qui tout est dû”. En composant le numéro, elle répète à l’opérateur : “Il est Africain-Américain.”

 

La vidéo a suscité “d’intenses discussions sur les cas où la police est appelée sans raison pour intervenir face à des Noirs, mettant parfois leur vie en danger”, observe le quotidien.

Les internautes ont rapidement identifié la femme, Amy Cooper, qui a été “suspendue par son employeur” pendant que “l’enquête sur l’incident suit son cours”. Elle a depuis présenté ses excuses et nié “être raciste”.

Si la vidéo de l’altercation a rapidement “suscité l’indignation”, c’est parce qu’Amy Cooper “savait exactement ce qu’elle faisait”, affirme le Huffington Post.

Ce qui était clair dans ses paroles et dans la façon dont elle les a utilisées, c’est qu’elle ne se sentait pas réellement menacée physiquement – elle exerçait plutôt son privilège de femme blanche en sachant qu’accuser un homme noir de violence était une arme contre lui.”

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer