Mauritanie : vers un détricotage des symboles forts du régime de Ould Aziz

Des amendements constitutionnels en perspective. Le président mauritanien s’appreterait a créer une commission pour changer les symboles nationaux le drapeau et l’hymne national.

Le président Ould Ghazouani ne dissimule plus ses intentions de corriger les erreurs politiques de son predecesseur au point que les recettes d’autoritarisme et symboles nationaux sont entrain progressivement de voler en éclats. Après avoir réhabilité les exilés mauritaniens en annulant leurs poursuites judiciaires le chef de l’Etat pourrait s’attaquer au drapeau et à l’hymne national avec la création d’une commission ad hoc pour étudier toutes les modalités pratiques.

Une initiative présidentielle qui ouvrirait des amendements constitutionnels. Ould Ghazouani veut parer au plus presse et en même temps séduire l’opposition qui avait fait de l’annulation des poursuites judiciaires du richissime Bouamatou son bras droit et un autre opposant  tous exilés son cheval de bataille après la crise post-electorale. Apaisement politique qui lui permettra de négocier un autre virage.

La remise en cause du drapeau et l’hymne national considérés pas assez consensuels et pas représentatif de la diversité mauritanienne. Ce changement nécessite en effet des amendements constitutionnels. C’est le sens de la création d’une commission nationale pour changer les couleurs et la composition de l’hymne qui serait envisagé par Ould Ghazouani qui entend bien ne pas suivre les traces de forcing constitutionnels de son prédécesseur. Deux exemples de rupture avec le régime de Ould Aziz mais les observateurs attendent qu’il aille plus loin.

 

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya 21 février 2020)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer