France : la société civile marche contre l’islamophobie à Paris

Les français et la diaspora musulmane vont descendre dans la rue à Paris le 10 novembre prochain à l’appel du collectif contre l’islamophobie et plus de 150 personnalités diverses. Les manifestants entendent protester contre les discours racistes contre les musulmans et interpeller l’Etat français sur la gravité de la situation.

L’islamophobie est une réalité. L’histoire retiendra l’agression de deux femmes voilées en pleine rue en Argenteuil en juin 2013 et encore plus récemment une femme voilée prise à partie par un élu du Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne-Franche-Compté dans le cadre d’une sortie scolaire et l’attaque d’une mosquée de Bayonne par un octogénaire du même parti raciste et xénophobe. Un collectif contre l’islamophobie est né pour lutter contre toute discrimination contre les femmes voilées qui sont le plus souvent exclues de toutes les sphères de la société française.

A l’appel de ce collectif une marche contre les discours racistes contre les musulmans est prévue le 10 novembre prochain à Paris pour interpeller l’Etat sur la gravité de la situation. Son silence complice risque de compromettre la cohésion sociale. Tout le monde est concerné. 150 personnalités, des élus, syndicalistes, intellectuels, avocats, militants associatifs, religieux, gilets jaunes et de la société civile appellent à manifester contre la stigmatisation des musulmans de France. A travers ce rassemblement les musulmans refusent l’immobilisme et entendent lutter contre l’indifférence de la majeure partie des français.

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

Suggestion  kassataya.com :

Mauritanie : vers la Beydanisation biométrique de l’armée

 

(Reçu à Kassataya 04 novembre 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer