Mauritanie : La Coalition Vivre Ensemble condamne vivement un recrutement raciste d’élèves officiers

Les recrutements racistes de l’armée font réagir la Coalition Vivre Ensemble (CVE), mouvance négro-africaine représentant les non-Arabes de Mauritanie. En cause, le recrutement de 47 élèves officiers, tous issus de la communauté arabe. Une pratique récurrente depuis quelques années.

 

En Mauritanie, les régimes d’exception ou «constitutionnels» dirigés par des officiers recyclés dans la politique se succèdent, et le débat sur l’unité nationale garde la même teneur, et ce, depuis plus de 40 ans.

Nouvel épisode de cet interminable feuilleton, une déclaration de la Coalition Vivre Ensemble (CVE), issue de la mouvance nationaliste négro-africaine, composante non-Arabe de la Mauritanie, qui a soutenu la candidature de Kane Hamidou Baba à l’occasion de l’élection présidentielle du 22 juin 2019.

Dans ce document, rendu public dans la nuit du jeudi 12 à ce vendredi 13 septembre, «les recrutements discriminatoires» au sein de l’armée mauritanienne sont vivement condamnés par la CVE.


LIRE AUSSI: Mauritanie: un rapport onusien fustige l’exclusion des Haratines et des négro-Africains


La CVE souligne «avec indignation, pour s’en émouvoir, le recrutement fantaisiste de 47 élèves officiers dans l’armée mauritanienne, tous issus d’une même communauté, au détriment des autres composantes nationales. Ces pratiques récurrentes, qui n’honorent point notre pays, résultent d’un système d’exclusion à outrance, des Négro-Mauritaniens depuis des décennies et sapent les fondements de l’unité nationale et de la cohésion sociale».

Le document de la CVE ajoute que «les corps militaires et paramilitaires, ainsi que toutes les institutions publiques sont le théâtre de ce type de mesures arbitraires d’oppression, d’injustice et de discrimination, des abus qui si on n’y prend garde, pourraient durablement creuser le fossé déjà béant d’une Mauritanie divisée et exposée à tous les risques».


LIRE AUSSI: Mauritanie-dialogue politique: un leader de parti déplore le racisme et l’exclusion des Mauritaniens non Arabes


La CVE, «qui avait prévenu,qu’elle jugerait le nouveau pouvoir sur ses actes, constate à travers cette affaire une dérive en porte-à-faux avec la Déclaration de Politique Générale du Gouvernement (DPG)».

Le communiqué de la CVE rappelle un passage du document du Premier ministre, Ismaël Bedde ould Cheikh Sidya, présenté devant l’Assemblée nationale le 5 septembre dernier, engageant le gouvernement sur le chantier «de l’éradication des inégalités sociales, tout en favorisant l’égalité des chances».


LIRE AUSSI:Mauritanie. Racisme: une députée explique son refus de marcher aux côtés de Ould Abdel Aziz


La Coalition Vivre Ensemble (CVE) «condamne fermement ce recrutement mono-ethnique, exige l’annulation d’une décision contraire aux exigences d’unité du pays, exhorte le nouveau pouvoir à se ressaisir en faisant appel au sens de la mesure et du discernement».

Le document réitère enfin «une position de principe, pour une Mauritanie égalitaire et résolument engagée sur la voie de l’unité nationale, de la cohésion sociale et du développement économique».

 

Cheikh Sidya

Correspondant à Nouakchott

Source : Le 360.ma (Maroc)

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer