Le printemps arabe ou le phénomène des mouvements citoyens à l’époque du multilatéralisme de l’impérialisme mondial

Après les deux guerres mondiales qui ont faillit mettre l’humanité en péril, après les luttes armées de libération nationale déclenchée un peu partout dans les colonies et les semi-colonies,après la dislocation du camp socialiste et la fin de la guerre froide ,le monde bipolaire est devenu mono polaire .L’encerclement impérialiste du monde devient effectif et ce fut la mondialisation.

Les capitalistes cherchèrent à atténuer désormais la concurrence entre eux et essayent de contrôler et de gérer les marchés qu’ils exploitent en commun.

Ils édictèrent des accords, des traités, des lois et des juridictions ; crièrent des institutions politiques, commerciales,financières et bancaires et les multinationales pour, désormais, gérer et soumettre le monde à leur joug, surtout les pays du Sud où le principe « à prendre ou à laissé »est appliqué et « qui dit mieux »est désormais bani
Les régimes néo-coloniaux se plièrent tandis que les régimes de démocratie nouvelle résistèrent et mirent à profit intelligemment la mondialisation pour acquérir la technologie et les connaissances dont ils avaient besoin. Dans un temps record(50ans)certains ont ratrappés les pays occidentaux qui ont mis 3 siècles d’industrialisation .

En quelques années le pillage et l’exploitation sans vergogne des pays du Sud par les multilatéraux et de leurs multinationales, sont à leur comble. Les dividendes, les recettes fiscales et douanières n’arrivent pas à entretenir les États néo-coloniaux budjetivores.Ils sont obligés de recourir à l’aide au développement contraignante et aux prêts des banques et institutions financières qui exigent leurs solvabilité.

Les États se désengagèrent : plus de subventions,les prix grimpent ,les institutions de l’Etat sont abandonnées aux seuil du minimum ou largement en de çà.. C’est la descente aux enfers ; les chomages, l’exode rural,l’émigration et les cohortes désolant de toutes sortes.

En cet époque du monde monopolaire où le camp socialiste, base arrière des révolutions,n’existe plus, les luttes de libération armées sont devenues caduques.Trés souvent elles se transforment en guerres civiles très meurtrières
Les peuples qui n’en peuvent plus, et à la goutte qui fait déborder le vase,sont en é tat d’effervescence révolutionnaire.

C’est ce qui est à l’origine de ces mouvements citoyens spontanés d’une très grande ampleur qui faternisent avec toutes les couches de la population y compris la troupe.

ces mouvements citoyens victorieux ont commencé à faire leur preuve en Hongrie (Solidarnos de Lech Walesa), en Iran (Layotollah khomeini),en Amérique latine où la répression a été inouïe et où il y a eut une combinaison de formes de luttes (les manifestons pacifiques réprimée dans le sang, les grèves générales,les villes mortes les concerts de casseroles ect…).

Ces soulèvements citoyens sont venus à bout d’un régime centralisé dictatorial, d’une grande monarchie et des juntes ultras sanguinaires et pourquoi ne viendront-ils pas des régimes arabes pourrris? Leurs peuples ont osé lutter et ont su vaincre.

Aujourd’hui c’est le tour de l’Algérie ,en osant lutter j’espère que son peuple osera vaincre.
Ce ferment révolutionnaire a donné lieu à trois possibilités :

__Des coups d’Etat d’officiers patriotes(Jerry Rawlings. Thomas Sankara,Hugo Chávez,Ghadafi…) qui les ont porté au pouvoir.
__Par les bultins de vote en raz de marée portant au pouvoir des patriotes.Le dernier en date:Adam Baro de la Gambie .
__Et les fameux mouvements citoyens qui sont plus radicaux que les deux premiers, et qui sont un raccourci dans le déracinement des anciens régimes.

Ces trois possibilités de prise de pouvoir

permettent de se débarrasser de ces régimes.Ce qui se passe en Algérie rentre dans le cadre de la 3ème possibilité.Mais le risque de récupération par la grande bourgeoisie, comme en Tunisie ou en Egypte, est très grand.Mais le plus grave c’est après tant d’efforts et tant de sacrifices les patriotes algériens reviennent à la voie libérale de développement :c’est à dire l’investissement privé et le profit comme moteur de développement .
Dans un pays néo-colonial et semi-féodal,avec un environnement multilatéraliste,quelque soit l’état de droit,ou la bonne gouvernance,il sera difficile de faire émerger un pays industrialisé.Les causes que nous avions énumérées plus haut vont reproduire les mêmes effets :

__les véritables créateurs de valeurs sont presque exclus du profit que génère leur travail, ils sont tout juste des esclaves modernes.
__Le capital national sera étouffé par la mondialisation ; une couche de la grande bourgeoisie,étroitement liée aux multinationales, va prospérer :ce sont les compradoors.
__Pour la gouvernance c’est le modèle de la vieille démocratie qui favorise le candidat des riches. Les élus et les cadres administratifs sont au dessus du peuple donc ne répondent pas directement devant lui.
Leur méthode de gouvernance est le bureaucratisme et l’autoritarisme qui crée un fossé entre les autorités et les administrés. De leurs privilèges ils réglementent et codifient les inégalités politiques, économiques,sociales et culturelles. Ils constituent la deuxième couche de la grande bourgeoisie :la bourgeoisie bureaucratique.
C’est la situation qui a prévalue dans les mouvements qui se sont débarrassé de leurs juntes en Amérique latine et dans les pays arabes où la tâche de la remise en cause de la voie libérale ordinaire de développement est à réenvisager.

En effet, comme en Afrique du Sud, en Éthiopie ou au Rwanda où le taux de croissance est élevé, ce ferment révolutionnaire, pour réussir, avait besoin de l’élément conscient, dévoués qui alie la détermination et l’adresse et qui est de proximité avec le peuple

Cette élite hautement consciente, pour faire émerger leur pays, doit suivre la voie dite de DEMOCRATIE NOUVELLE ,dont le bien être du peuple est le moteur de développement.Cette voie consiste :

à) Sur le plan économique ,à développer une économie capitaliste particulière ,de type nouveau où le capital privé cohabite avec le capital d’Etat qui joue le rôle de secteur dominant. Le capital d’Etat entraine dans son sillage le capital privé pour réaliser les objectifs du plan de développement .

L’Etat doit donner des garanties de profits au capital privé en lui évitant des investissements hasardeux et peu rentables.Mais son champ d’activité d’économie capitaliste est limité par une politique fiscale, par le prix du marché et par les conditions du travail.

Le profit réalisé par le capital privé est divisé en quatre parties : 1/4 appartient aux travailleurs pour leur bien être (ce qui les motive pour un meilleur rendement) 1/4 appartient à lEtat sous forme d’impôts sur le revenu, 1/4 pour la rénovation et l’inovation car il faut toujours aller de l’avant et le dernier 1/4 appartient aux capitalistes.

Le capital d’Etat doit se réapproprier les richesses naturelles, les utiliser pour acquérir la technologie et les connaissances adéquates pour l’industrialisation du pays. L’industrie lourde et légère doivent satisfaire en priorité le développement rural qui, à son tour est le fournisseur de matière première à l’industrie alimentaire afin d’élever le bien être du peuple.

L’Etat doit prendre en charge l’éducation de ses enfants .Les réformes doivent aider à former des cadres répondant aux besoin du développement.
b) Sur le plan politique c’est la démocratie populaire qui est appliquée. Le système électorale est taillé de telle façon que les seuls critères qui vaillent sont les compétences politiques et le patriotisme.

Les élus et les cadres à tous les niveaux répondent non seulement aux près de leurs hiérarchies respectives mais aussi directement au près du peuple. Ils ne peuvent en aucun cas être au dessus du peuple qui a un pouvoir de contrôle sur eux.Ce pouvoir du peuple est le meilleur rempart contre le bureaucratisme, l’autoritarisme, le népotisme,le laissé aller ect…

Ce pouvoir citoyen, que les gilets jaunes de la plus vieille démocratie réclament sous forme de référendum citoyen, est la quintessence de la doctrine de la démocratie nouvelle.

L’Etat intervient, dans le cadres de son plan de développement homogène, dans les domaines économiques, politiques,sociaux et culturelles de façon à assurer en priorité le bien être du peuple.

Voi-la le défi éminemment grand qui attend les patriotes hautement conscients qui militent pour le progrès et l’épanouissement de leurs peuples.

 

 

Moussa Baaba Corréra

(Reçu à Kassataya le 07 avril  2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close