Comment la junte oligarchique est entrain de se dynastiser en Mauritanie

Vers la fin des années1980,après une répression disproportionnée de la tentative de coup-d’état des nationalistes étroits, ces appareils de l’Etat : l’administration, l’armée et les forces de sécurité furent largement  noyautés par des éléments nationalistes arabes blancs chauvins et racistes ; surtout les baassistes dans l’armée et les nasseristes dans la police et l’administration territoriale. Ces nationalistes arabes (les baassistes et les nasseristes) attendaient une occasion pour dénégrifier la Mauritanie.
 Les nationalistes étroits qui venaient de subir une répression sans précédent jouaient à la victimisation de leurs communautés pour provoquer une intervention protectrice du Sénégal et de la communauté internationale.
 Le malheur arriva à la suite d’un banal conflit entre éleveurs et agriculteurs de part et d’autre de la frontière Sud entre la Mauritanie et le Sénégal .Le feu allumé n’a reçu comme instincteurs que des pyromanes de tous bords. Ce fut les pogroms,les déportations,les exécutions sommaires et le déni de nationalité.
Grâce à la dissuasion de la France, aux bons offices de la communauté internationale et de certains pays arabes et africains,la guerre a été évitée .
Au cours de ces événements de1989, Mawiya était persuadé que la guerre contre le Sénégal était non seulement inévitable mais imminente.Il Constitua un  conseil militaire formé d’officiers arabes à prédominance chauvine et raciste .
ce conseil se trouva devant un dilemme : que faut il faire des militaires noirs qui sont présents à un nombre important dans l’armée, renvoyés ils vont grossir l’ennemi ou constituer une armée de résistance ; conservés ils serviront de cheval de Troie.
 Apparemment la décision de l’extermination fut prise, planifiée et dans l’exécution ils y a eu des officiers chauvins qui l’ont exécutée avec zèle, certains moins et d’autres la majorité des officiers, ont refusé d’exécuter l’ordre. Mawiya se devait d’assumer la bêtise et faire face aux risques d’être accusé avec son conseil de crimes contre l’humanité et de crime de génocide.
Au fil des années Mawiya se trouva à mal avec les baassistes qu’il commença à réprimer. Ses relents de dictateur refont surface. Mais les chauvins et racistes ne vont pas se laisser faire. Ils ont réagit par un coup de force qu’ils ont fait diriger par un officier sorti de nulle part sans base sociale(tribale)et sans bagages intellectuels(nous nous rendons compte maintenant que ce choix n’était pas innocent). Les parents d’Azziz ont joué dans la reconnaissance du nouveau  régime ,c’est plus facile que s’ils avaient affiché leur pan-arabisme par certaines têtes.
 Il était prévu deux transitions pour éviter les sanctions internationales : une transition de deux ans dirigé par Ely Med Vall(qui s’est bien passée). Celle qui suivait avec la présidence de SidiO/cheik Abdallah présente un déconvenu.Sidi montra très vite des velléités d’indépendance ,malgré la présence d’Azziz dans un bureau contiguë qui surveille ses faits et gestes. Il commit très tôt trois erreurs fatales qui ont agacé les partenaires multilatéraux et paniqué la junte et leurs intellectuels mercenaires.
a) Il afficha une volonté de souveraineté sur nos richesses naturelles (un ancien nationaliste) et ils avaient peur qu’il joue sur  le multi-polarisme pour réviser les accords juteux et imposer des échanges gagnant-gagnant.
b) Il afficha une volonté de résoudre correctement le passif humanitaire avec toutes ses implications .La peur d’être trainée dans les tribunaux nationaux ou la CPI , d’êtres indexés comme bourreaux jette une panique au sein de la junte.
 c) Il afficha une volonté d’instituer un Etat de droit, une bonne gouvernance et il a fit appel à des cadres intègres avérés. La grande bourgeoisie budgétivore, paresseuse, népotique, corrompu et qui a laminé l’Etat et ses institutions,a peur d’être dérangée dans ses habitudes et menacée dans son existence.
Une armée de cadres mercenaires véreux, aux diplômes douteux, incapables de ficeler un dossier sans faire appel aux experts importés étaient terrorisée à l’idée d’une bonne gouvernance.
La bourgeoisie compradoor représentante des intérêts des multinationales  dans le pays craignent le changement de pôles économiques qui verrait la décrépitude de leur business.
 Toutes ces forces réactionnaires,dans un élan ultime, brandirent les sabres antinationales et anti-démocratiques livreraient combat à Sidi qui, comme un samouraï ,leur opposa une farouche résistance jusqu’au denier baroud d’honneur à Dakar,sans jamais baisser les bras ni courber l’échine,avec le sentiment d’avoir fait ce qu’il fallait .
  Après la victoire du camp du mal sur celui du bien, la junte poursuivit sa dynastisation qui avait commencé depuis l’ère Mawiya.
  La junte est divisée en officiers actifs et en officiers à la retraite.
 – Les officiers actifs contrôlent,par pouvoir civile interposé,la politique du gouvernement :ils ont une main mise sur l’essentiel des nominations,sur l’admission des écoles de sous officiers et d’autres écoles professionnels sur les attributions des marchés publics et des licences,tout répondant à leurs quotas respectifs.
Comme la junte est exclusivement arabe,c’est ce qui explique le caractère chauvin et raciste des nominations et des attributions.
– la junte à la retraite d’or qui est la sécurité sociale des officiers actifs,ils sont les nouveaux représentants préférés  des multinationales parce que bénéficiaire prioritaire des licences et des marchés. C’est la nouvelle couche de la bourgeoisie qui menace l’existence de l’autre couche traditionnelle.
Si nous considérons que pendant ces 3o dernières années que ce leurs enfants qui bénéficient des meilleures écoles et universités de par le monde (à cause des moyens) et ont plus de chance d’être la relève technocratique de l’ancienne bourgeoisie bureaucratique issues principalement de la féodalité tribale dont le carcans moyenâgeux ne survis que grâce à elle. Elle aussi,est menacé dans son existence de couche traditionnelle.
Si nous considérons que les écoles des sous officiers, forment prioritairement leurs progénitures donc ils vont assurer la relève de leurs parents.
 Avec ces considérations nous pensons que la junte s’installe pour la durée .Ce n’est plus les juntes éphémères qui se relaient par des coups d’Etat mais une junte à l’Algérienne ou à l’Egyptienne.elle se dynastise.
Avec leur futur locataire, elle va passer à la deuxième phase : la constitution d’un État centralisé et un pillage plus « civilisé »de nos richesses.
La lutte contre une telle junte qui s’enracine demande un front national patriotique qui regroupe le plus largement possible  les partis politiques, la société civile et les personnalités politiques les organisations professionnelles pour des luttes politiques massives et pacifiques ,dont les jeunes et les femmes,en seront les moteurs. Il est important qu’on s’accorde sur un projet de société futuriste .
Moussa Baaba Corréra

(Reçu à Kassataya le 16 mars 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close