Mauritanie : le lobbying religieux pour un troisième mandat de Ould Aziz

Au lendemain de l’invitation de présidents d’institutions et de ligues islamiques dans le pays au président mauritanien de violer son serment pour un troisième mandat c’est le président de l’Association des Oulémas qui donne un satisfecit aux 9 années de location du palais de Nouakchott et la reconduction en 2019. Les premiers portent atteinte à la constitution et à l’islam.Le deuxième sort de sa réserve et empiète sur le pouvoir politique.Deux démarches conduites par des prédicateurs musulmans qui suscite l’indignation des observateurs à quelques mois des législatives et municipales.

 

En Mauritanie les prédicateurs musulmans qui se mêlent à la politique est un secret de polichinelle.Des sermons des Imams aux audiences avec le chef de l’Etat ou le ministre islamique en passant par les assemblées des Oulémas rien n’est laissé au hasard pour se faire entendre surtout quand il s’agit de groupe de pression religieuse.Un lobbying islamique qui marche bien aujourd’hui et entend peser sur la scène nationale.C’est dans ce cadre que des présidents d’institutions et de ligues islamiques ont demandé cette semaine à Nouakchott à Ould Aziz de violer la constitution pour briguer un troisième mandat.Et dans la foulée le président de l’Association des Oulémas mauritaniens vient de féliciter le chef de l’Etat pour son bilan positif à la tête du pays depuis 2009 à l’issue d’une audience au palais de Nouakchott.

 

Ould Tah appelle de tous ses vœux à la continuité du régime.Deux démarches de prédicateurs islamiques qui indignent les observateurs et qui les considèrent comme une incitation au tripatouillage de la constitution pour la seconde fois par Ould Aziz. Les représentants islamiques s’éloignent ainsi de leur mission principale d’avant garde et empiètent le pouvoir temporel.Au yeux de l’opinion publique c’est un scandale qui porte atteinte à la laïcité de la république tant qu’elle fonctionne avec la cohabitation du droit moderne et du droit musulman.A quelques mois des législatives et municipales ces gesticulations constituent une adhésion à l’UPR.

 

Bakala KANE

 

(Reçu à Kassataya le 10 mai 2018)

 

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer