Les médias et les mobilités humaines : Comment parler des migrations aujourd’hui ?

Trente cinq responsables éditoriaux et organisations professionnelles des médias provenant de sept pays dont la Mauritanie se réuniront, ce jeudi (26 mai) et ce jusqu’au vendredi à Casablanca (Maroc), à un séminaire international portant sur le traitement médiatique des questions migratoires.

 

 

Cette rencontre est organisée par l’Institut Panos Paris, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest et le CMF Mena avec le soutien de l’Union Européenne et la Direction du Développement et de la Coopération de la Confédération Suisse. L’objectif général est de Favoriser l’implication des médias dans la production et la diffusion d’une information rigoureuse, professionnelle, régulière et transnationale.

Cet atelier sera, affirment les organisateurs, le point de départ d’un nouveau projet visant à renforcer de manière durable les capacités des professionnels des médias à informer sur les enjeux et impacts des migrations et des migrants eux même à faire entendre leurs voix. « Il servira de lieu d’échange d’expertise, d’expériences, de débat, de croisement des regards de responsables venus de contextes différents, afin de définir les valeurs et méthodes fondatrices pour l’ensemble du déroulement du projet ».

Ce séminaire international vise aussi à susciter l’engagement et la participation des responsables éditoriaux et des organisations professionnelles des médias en faveur du pluralisme de l’information et d’un journalisme soucieux des règles de déontologie et de la prise en compte de la parole des migrants.

La rencontre de Casablanca propose aux responsables éditoriaux d’explorer avec des acteurs associatifs, académiques, politiques les nouveaux enjeux et visages des migrations. Il a pour ambition de réinterroger les pratiques professionnelles dans le seul but de les améliorer. L’objectif est d’aboutir ainsi à un traitement plus juste de ceux et celles pour qui l’exil est une solution, une alternative ou une issue de secours.

Les discussions tourneront autour de : Pourquoi mieux informer sur les migrations ? Il y aura des projections vidéo : »Sans papiers sans clichés » pour illustrer la genèse et l’état d’avancement de la réflexion collective. Au menu également une table ronde : MAGHREB, SAHARA, SAHEL… EFFERVESCENCE MIGRATOIRE AU SUD / EFFERVESCENCE MEDIATIQUE AU NORD ; LA FEMINISATION DES MIGRATIONS – MIGRANTES ET INVISIBLES ?

Les participants seront répartis en groupes de travail afin de débattre, échanger, imaginer, proposer sur des questions ayant trait : Quelles sont les contraintes structurelles qui conditionnent le travail des journalistes ? Comment les dépasser ? Quel rôle pour les médias de migrants ? Peuvent-ils contribuer à l’amélioration du traitement médiatique de la migration ? Comment améliorer la qualité des contenus : quelles pistes, quelles solutions ? Quelle responsabilité du journaliste dans le traitement de la migration ?

Ce forum de professionnels de la communication va stimuler l’émergence de débats de sociétés au niveau national et transnational sur les droits des migrants, les politiques migratoires et les opportunités de communication pour renforcer les effets positifs de la migration.

La rencontre de Casablanca va renforcer de manière durable les capacités des professionnels des médias à informer sur les enjeux et impacts de la migration et des migrants eux même à faire entendre leurs voix.

La session va Contribuer à la spécialisation des journalistes et à l’appui à une production d’information de qualité qui aboutisse à un respect accru des droits.

Les résultats attendus sont entre autres:

Une information plurielle et diversifiée est produite sur les migrations. Les journalistes mainstream et journalistes radios produisent des informations de qualité, donne une visibilité plus grande aux migrants, diversifient les angles, et sources d’information.

Les différents acteurs intervenant sur les migrations disposent d’espace de dialogue et d’échanges constructifs.

Les organisations de la société civile comprennent mieux les attentes des médias et développent une communication plus adaptée à leur stratégie, leurs moyens et aux exigences professionnelles.

Thiam Mamadou

Envoyé spécial à Casasblanca

(Avec l’Institut Panos Afrique de l’Ouest)

Source  :  lecalame.info le 25/05/2011

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer