Mauritanie : la guerre médiatique entre les avocats de l’Etat et la défense interpelle les observateurs

C’est une guerre de communiqués qui fait rage sur la scène nationale entre les avocats de l’Etat et la défense depuis que l’ex-président Ould Aziz est placé sous contrôle judiciaire. Les deux parties se livrent à une bataille médiatique à la longue qui risque d’ennuyer les citoyens et apporter peu de réponse aux aspirations de justice des mauritaniens.

En revenant cette semaine sur le soutien de leurs confrères français en réponse aux avocats de l’Etat et tous les arguments juridiques qui laissent apparaître l’innocence de leur client la défense cherche à amener l’autre partie sur le terrain de la haute trahison. Une fuite en avant pour gagner du temps.

Le moins qu’on puisse dire cette confrontation juridique n’intéresse pas le citoyen dont le seul souci est la restitution des biens de l’Etat volés par le principal accusé son clan familial dont une partie de la fortune en devises est entre les mains d’hommes d’affaires très proches. C’est une bataille médiatique initiée par la défense pour brouiller l’opinion publique en présentant leur client comme une victime d’une machination politique du régime de Ould Ghazouani.

A long terme cette bataille de communiqués finit par ennuyer les observateurs qui pointent une mauvaise façon de faire avancer un dossier aussi lourd et important sur la mal gouvernance d’un ancien chef d’Etat inquiété par la justice pour la première fois dans l’histoire du pays. Les mauritaniens attendent un procès équitable de Ould Aziz et de ses complices pour tourner enfin la page de 10 années de gabegie et de corruption.

 

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

 

(Reçu à Kassataya.com le 24 octobre 2020)

 

 

 

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer