Mauritanie : la réforme de la SNIM dans le collimateur du gouvernement

La production de la société nationale industrielle et minière SNIM est en nette baisse cette dernière décennie. Cette contre-performance réside dans le déficit de production de l’usine de Guel El Ghain 2 soit 1 million de tonnes en 2018 contre 4 attendues en 2019. Face à cette situation le gouvernement de Ould Bilal veut des réformes au plus vite du véritable poumon économique de  du pays.

Le ministre du pétrole de l’énergie et des mines n’a pas attendu longtemps pour parer au plus pressé face aux dysfonctionnements et surendettement du fleuron de l’industrie mauritanienne dont la production ne cesse de baisser d’année en année. Conséquence directe. Le trésor public n’a reçu aucun sou pour le budget 2019 à cause de l’effondrement du prix du fer et de la hausse du prix du pétrole. Alors que la SNIM contribue jusqu’à 14 pour cent du budget de l’état.

 

Il s’agit maintenant de relever tous les défis économiques financiers et technologiques. C’est le sens des réformes que le gouvernement va engager dans les années à venir pour permettre à la SNIM de rebondir et de rentabiliser son emprunt de 50 millions de dollars à la BAD pour l’approfondissement et l’élargissement d’un chenal d’accès de 25 km au port minéralier de Nouadhibou. C’est une option qui vise à augmenter la production et renforcer les infrastructures portuaires pour accueillir des navires d’une capacité jusqu’à 203 000 tonnes contre un maximum de 150000 actuellement.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya.com le 17 octobre 2020)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer