Mauritanie – Beaucoup de prétendants et peu de retenus

La veille de la constitution d’un nouveau gouvernement constitue une source de stresse et d’angoisse pour de nombreux prétendants à la fonction ministérielle. En effet, les prétendants ne manquent pas, les crieurs comme les souteneurs attendent en retour une récompense. Cette prétention est légitime car la politique repose sur la logique des intérêts et je ne serai pas surpris de voir de nouvelles figures dans le tout nouveau gouvernement à venir.

Il reste que cet état d’esprit est propice au retour de l’esprit magique qui se manifeste sous la forme de la ré émergence des pratiques animistes notamment le recours à l’oracle. Face à l’inconnu, l’humain a tendance à se replonger dans les croyances superstitieuses et ce moment constitue une période d’acquisition et de captation de biens pour de très nombreux charlatans.

Tout le monde ne peut pas être ministre et je pense pas qu’un investissement remarqué sur les réseaux sociaux puisse être un tremplin pour un poste ministériel. La politique a ceci de bizarre : On soutient un candidat et quant il gagne les élections et au moment de constituer un nouveau gouvernent apparaissent de nouvelles exigences.

C’est la raison pour laquelle, le candidat est souvent amené à faire appel à des individus choisis sur la base des raisons hégémoniques, d’autres sur la base des critères de compétence ou d’appartenance à la société civile.

Une telle réalité donne souvent naissance à la transhumance politique en Afrique où dans de nombreux cas la fonction politique constitue un levier d’obtention des biens. C’est dire que plus le gouvernement est forme le plus tôt possible plus les prétendants seront fixés et soulagés.

 

 

Abdoulaye Doro Sow

Facebook – Le 07 août 2019

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer