Sénégal – Avec la saison des pluies, les éleveurs peuls reprennent leur transhumance

Les premières pluies de l’année sont tombées sur le nord du Sénégal, teintant de vert émeraude un paysage semi-désertique et donnant le signal du départ à la transhumance de milliers de pasteurs peuls et de leurs troupeaux.

 

Dans ce pays aux portes du Sahel, ces populations semi-nomades qui vivent quasi exclusivement de l’élevage de bovins, de chèvres et de moutons, se déplacent aux rythme des saisons.

Quand le temps est sec, ils se dirigent vers le sud, pour trouver des herbages, accompagnant leurs bêtes à pieds ou juchés sur des carrioles tirées par des ânes. Ils remontent vers le nord pendant la courte saison des pluies, l' »hivernage« , de juillet à septembre.

Une peul avec deux agneaux sur sa charrette alors que sa famille se déplace vers le nord à Barkedji le 21 juillet 2020.
Une peul avec deux agneaux sur sa charrette alors que sa famille se déplace vers le nord à Barkedji le 21 juillet 2020.

 

Vivant à l’écart des grandes villes, les éleveurs peuls ont pourtant été indirectement frappés par la pandémie de coronavirus. L’état d’urgence, en vigueur au Sénégal de mars à fin juin, a notamment eu pour conséquence l’instauration d’une interdiction de circuler entre les régions du pays, les bloquant avec leurs bêtes dans des zones aux pâtures épuisées.

Avec la levée de ces restrictions et le retour de la pluie la semaine dernière, beaucoup ont enfin replié leurs campements provisoires, chargé leurs charrettes de casseroles et repris la route pour rejoindre le nord du pays.

Un pasteur peul fait sa prière du soir avant de partir pour trouver un camp pour la nuit à Barkedji le 20 juillet 2020, ils sont sur la route depuis deux semaines, en direction du nord vers la frontière mauritanienne.
Un pasteur peul fait sa prière du soir avant de partir pour trouver un camp pour la nuit à Barkedji le 20 juillet 2020, ils sont sur la route depuis deux semaines, en direction du nord vers la frontière mauritanienne.

 

Avec les orages violents qui s’abattent en ce moment sur des sols durcis par la sècheresse, ce trajet parfois long de plusieurs centaines de kilomètres n’est pas sans danger.

Près de la petite localité de Barkedji, une inondation subite a détruit la semaine un campement et tué une quinzaine de moutons de la même famille, emportant dans les flots une fortune.

Un jeune éleveur peul garde les moutons de son père à Barkedji le 20 juillet 2020, son père a perdu quinze moutons dans des crues soudaines après les premières pluies importantes dans la région de Louga.
Un jeune éleveur peul garde les moutons de son père à Barkedji le 20 juillet 2020, son père a perdu quinze moutons dans des crues soudaines après les premières pluies importantes dans la région de Louga.

AFP

 
Source : VOA Afrique

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer