Pandémie Covid-19 Mauritanie : les gagnants et perdants de la covid-19 pointés par les observateurs

A une semaine du premier anniversaire du régime de Ould Ghazouani les observateurs reviennent cette semaine sur les mécontents du fonds de solidarité sociale et ceux qui semblent en tirer leur épingle du jeu.

La crise sanitaire que la Mauritanie traverse depuis 5 mois semble avoir un impact plus fort sur les populations fragiles. Pour faire face à cette nouvelle situation le président Ould Ghazouani a mis en place un fonds de solidarité sociale doté de deux milliards et demi nouvelle monnaie. 30 000 familles réparties dans tout le pays ont bénéficié ainsi d’une aide financière et alimentaire. Ce sont les premiers gagnants auxquels il faudrait ajouter les éleveurs qui ont reçu une aide d’urgence de deux milliards ancienne monnaie. Et l’Etat a pris en charge la moitié des prix de 88 000 tonnes d’aliments destinés au bétail et entièrement leur transport et celui des produits vétérinaires vers toutes les régions pour la nourriture de leur bétail. Les deux grands gagnants le ministère de la santé et de l’intérieur suivis de la défense dotés de milliards d’ouguiya pour l’achat de matériels et de véhicules et la mobilisation de leur personnel pour lutter contre la propagation du virus.

Les soignants et les forces armées et de sécurité en première ligne au front ont été récompensés par des primes pour leur professionnalisme et leur dévouement. Les mécontents se comptent d’abord parmi les populations les plus pauvres des quartiers populaires de la capitale et des zones rurales oubliées par le fonds de solidarité et la distribution des kits alimentaires. Il s’agit principalement des travailleurs de l’informel qui pour l’essentiel participent à plus de 80 pour cent de l’économie du pays et également les petits salaires impactés par le coût de la vie. La colère des populations de l’intérieur se résument au manque d’eau potable et d’approvisionnement alimentaire et de coupure d’électricité durant la période de confinement.

Cette gestion catastrophique de la pandémie est vivement critiquée par l’opposition dont plusieurs membres de la coordination des parlementaires se sont retirés. La covid-19 n’a pas épargné non plus les petites et moyennes entreprises et même les plus grandes obligées de recourir à des chômages techniques non compensés par l’Etat.

Au plan sanitaire les malades chroniques notamment les insuffisants rénaux les diabétiques et autres malades cardio-vasculaires ont déserté les hôpitaux à cause de la prise en charge des infectés liés au coronavirus.

 

 

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

 

(Reçu à Kassataya.com le 27 juillet  2020)

 

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer