CEP Mauritanie : Ould Aziz joue la carte de la constitution

L’ancien président mauritanien ne se présentera pas finalement ce jeudi devant la commission d’enquete parlementaire. Une fin de non recevoir considérée par les observateurs comme un manque de respect aux institutions de la république.

Pour un ancien président qui a gouverné pendant 10 ans la Mauritanie ce refus de répondre à une convocation est avant tout anti citoyen. Ould Aziz engagé ainsi un nouveau bras de fer qui s’annonce difficile constitutionnellement puisqu’il n’est pas tenu de donner une suite favorable à la demande des parlementaires. Ce choix de chaise vide est un jeu auquel l’ancien président sait faire.

Et la menace de recourir à la force publique par la commission parlementaire ne peut en aucun cas lui faire changer d’avis.

Ce refus de passer à la barre est une mauvaise nouvelle surtout pour les députés sur la dernière ligne droite avant rendre leurs conclusions tant attendues par les mauritaniens qui aspirent à la justice.

L’absence de l’audition de Ould Aziz est un coup dur à la volonté de redynamisation de la haute cour de justice seule habilitée à juger l’ancien président accuse d’avoir ruiné le pays. 10 ans de gabegie et de corruption.

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

 

(Reçu à Kassataya.com le 08 juillet  2020)

 

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer