Pandémie Covid-19 Mauritanie : le retour de Ould Maouloud très offensif

Revenu au pays au début de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de covid-19 après un séjour en France le président de l’UFP semble retrouver toutes ses forces comme en témoigne à chaque fois sa sortie médiatique. Ould Maouloud s’est distingué cette semaine dans un entretien avec le journal Le Calame en revenant sur la crise de son parti, la polémique idéologique avec le président des FPC, la cohabitation et l’autoritarisme du régime de Ould Ghazounani.

Pour les observateurs le moment est venu après une période de convalescence qui coïncide avec le confinement des mauritaniens pour le président d’un des principaux partis de l’opposition de reprendre sa place de leader sur la scène nationale après une longue traversée du désert ces dernières années. L’UFP semble retrouver un second souffle après une crise interne inédite depuis sa création. Ould Maouloud passe ainsi à l’offensive pour clarifier sa position sur cet épisode douloureux pour un parti qui a toujours incarné la gauche mauritanienne sur les ruines du Mouvement démocratique national des années 70.

Contre vents et marées il laisse entendre que la crise est maintenant derrière et que le parti se tourne résolument vers l’avenir en attendant son congrès suspendu à cause du coronavirus. C’est un président requinqué mais qui n’a pas été épargné surtout par les critiques de l’aile patriotique antisystème de l’opposition dont les présidents des FPC et de l’IRA qui relancent un vieux débat relayé sur les réseaux sociaux à la lumière de propos tenus dans les années 80 sur l’apartheid en Mauritanie. Une approche des FLAM à l’époque à laquelle le MND et le mouvement El Hor des haratines étaient opposées.

Malgré toutes ces divergences politiques et idéologiques dans le passé l’UFP et ces deux partis entretiennent de bonnes relations dans le même camp de l’opposition et dans le respect mutuel des différences. Ould Maouloud regrette que même son initiative de convergence de lutte en 2017 soit restée lettre morte.

C’est un président de l’UFP qui semble retrouver toute l’énergie nécessaire pour pointer la continuité de l’oligarchie militaire avec l’élection de Ould Ghazouani lequel tourne le dos aux revendications légitimes des négro-africains et haratines lésés par l’Etat. Le professeur persuadé que la persistance esclavagiste remet en cause la crédibilité des lois anti-esclavagistes revient sur sa proposition de la dernière présidentielle sur une grande enquête nationale participative commune par commune pour l’état des lieux. Pandémie oblige. Le président de l’UFP craint que le pays se dirige vers d’immenses périls avec la croissance exponentielle des personnes infectées et les ratés du fonds de solidarité sociale relatif à l’aide financière aux familles nécessiteuses et l’aide aux éleveurs en aliments de bétail.

L’après -covid-19 s’annonce ingérable soutient Ould Maouloud dans un climat malsain où les nominations dans les fonctions publiques donnent une image monocolore du pays, les lois les plus restrictives portent atteintes aux libertés d’expression. Pour le chef charismatique de l’opposition il reste encore un espoir pour les mauritaniens.

Le premier pas à faire pour Ould Ghazouani c’est d’engager des réformes majeures dans le sens d’une gouvernance sur la transparence et la lutte contre la corruption avec la participation inclusive de l’opposition et de la société civile. Et l’instauration d’un dialogue national inclusif pour résoudre la cohabitation.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 Suggestion kassataya.com :

Pandémie Covid-19 Mauritanie : la communication présidentielle dans le collimateur des observateurs

(Reçu à Kassataya.com le 03 juillet  2020)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer