Vu des États-Unis – Le caractère ambivalent des méthodes de la police française

L’intervention des forces de l’ordre pour apaiser les tensions, mi-juin, à Dijon, interroge quant aux tactiques utilisées par la police française face aux émeutes, rapporte le Wall Street Journal.

Des violences impliquant des Tchétchènes ont embrasé un quartier de Dijon pendant plusieurs jours, mi-juin, mais les policiers français “n’ont pas dégainé leurs armes”.

Dans une analyse comparative entre les polices française et américaine publiée le 21 juin, le Wall Street Journal souligne le caractère ambivalent des techniques d’intervention des forces de l’ordre en France : “Les méthodes de la police sont moins meurtrières mais restent controversées.”

Dans la nuit du 9 au 10 juin, un jeune homme d’origine tchétchène a été passé à tabac dans le centre-ville de Dijon. Pour le venger, des membres de la communauté tchétchène, venus de toute la France, ont mené une expédition punitive dans un quartier défavorisé de la ville bourguignonne, provoquant des scènes de violences urbaines pendant plusieurs jours.

 

“La police française s’est interposée le plus possible et a fait appel à des renforts. […] Lorsque les violences se sont calmées, la police a commencé à arrêter les suspects, à Dijon et dans le reste de la France”, relève le Wall Street Journal.

Aucun mort durant les affrontements

 

En procédant ainsi, les policiers sont accusés par des responsables locaux d’avoir permis “aux groupes ethniques de régler leurs comptes dans la rue”. “Mais pour les autorités françaises et les spécialistes de la police, il s’agissait d’un cas d’école de retenue policière. Personne n’est mort pendant les affrontements.”

Chiffres à l’appui, la bible américaine des milieux financiers constate que :

Chaque année, les policiers américains tuent beaucoup plus de personnes que leurs homologues européens, même en tenant compte des différences de taille de leur population.”

La police et la gendarmerie françaises ont tué 26 personnes en 2019, selon les données du média français BastaMag, rapportées par le Wall Street Journal.

Outre-Atlantique, “la police américaine a tué 1 098 personnes l’année dernière, d’après Mapping Police Violence, un groupe qui recense les violences policières. Soit huit fois plus de morts qu’en France si l’on se réfère au nombre d’habitants.”

“Des années de tensions”

 

Plusieurs éléments apportent un éclairage sur les méthodes françaises, ajoute le quotidien new-yorkais : grâce aux lois restrictives sur le port d’armes, la police française, et européenne dans son ensemble, “risque moins de tuer quelqu’un”.

“Des années de tensions entre la police et les banlieues ont permis d’affiner les méthodes policières françaises”, ajoute le Wall Street Journal.

Néanmoins, les forces de l’ordre françaises sont critiquées depuis le mouvement des “gilets jaunes”, notamment à cause de l’usage de procédés “brutaux” pour disperser les manifestants, à l’instar des “grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc”.

 

 

The Wall Street Journal – New York

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer