La Banque africaine lance une enquête indépendante sur son président

Les Etats-Unis, insatisfaits de l’enquête interne qui avait disculpé Akinwumi Adesina, exigeaient une nouvelle enquête. Le président, dont la réélection semblait assurée il y a six mois, est soupçonné de «comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel et favoritisme»

 

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi soir le lancement d’une enquête indépendante sur les accusations de prévarication contre son président, le Nigérian Akinwumi Adesina, seul candidat à sa réélection pour un nouveau mandat mais dont la position apparaît de plus en plus fragilisée. Après avoir temporisé deux semaines, l’institution panafricaine de développement, qui siège à Abidjan, a finalement cédé à l’exigence des Etats-Unis, insatisfaits de l’enquête interne qui avait totalement disculpé Akinwumi Adesina de graves accusations formulées par un groupe de «lanceurs d’alerte», telles que «comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel et favoritisme».

«Le Bureau (du Conseil des gouverneurs de la BAD) convient d’autoriser une revue indépendante» sur les «allégations» des lanceurs d’alerte visant Akinwumi Adesina, a déclaré dans un communiqué la présidente du bureau du Conseil, Nialé Kaba, également ministre ivoirienne du Plan et du développement, à l’issue d’une nouvelle réunion du Bureau ce jeudi.

Lire aussi: L’administration Trump veut la tête du président de la Banque africaine de développement

Cette «revue indépendante devra être menée par une personne neutre, intègre, de haut calibre, ayant une expérience incontestable et une réputation internationale avérée, dans un délai de deux à quatre semaines maximum, en tenant compte du calendrier électoral» de la Banque, qui doit élire son président fin août, précise Nialé Kaba.

Un rapport des lanceurs d’alerte

 

Akinwumi Adesina, élu en 2015 à la tête de la BAD, l’une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde, fait l’objet depuis le début de l’année d’une série d’accusations embarrassantes, divulguées dans la presse en avril.

Dans un rapport détaillé, les lanceurs d’alerte lui reprochent son favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians, d’avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraude ou de corruption, ou encore de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ sans les sanctionner. Des accusations réfutées en bloc par Akinwumi Adesina, 60 ans, premier Nigérian à diriger la BAD depuis sa création en 1964, qui a clamé à plusieurs reprises son «innocence», et qui avait rapidement été disculpé par la Banque sur la foi d’un rapport de son comité d’éthique interne.

Sa réélection en suspens

 

Mais les Etats-Unis, deuxième actionnaire de la BAD après le Nigeria, ont exigé fin mai le lancement d’une enquête indépendante, remettant en cause, dans une lettre cinglante du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, le travail du comité d’éthique, et provoquant une sérieuse crise dans l’institution panafricaine. La décision de lancer une enquête indépendante a été prise «dans le but de réconcilier les différents points de vue», précise d’ailleurs Nialé Kaba.

Alors que sa réélection semblait assurée il y a six mois, avec le soutien de l’Union africaine et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, et à la suite d’une augmentation de capital géante de 115 milliards de dollars acceptée en octobre 2019, la position de Akinwumi Adesina apparaît désormais de plus en plus fragile. Cet homme charismatique au style volontiers flamboyant se bat néanmoins comme un beau diable, vilipendant ses adversaires, vantant son bilan et cherchant tous les soutiens possibles.

Lire également: La Suisse mise sur une Afrique chaotique, mais prometteuse

Le président nigérian Muhammadu Buhari lui a publiquement fait part de son soutien mardi, après l’avoir reçu à Abuja. Economiste spécialiste du développement, Akinwumi Adesina était ministre de l’Agriculture de son pays avant de présider la BAD. Il a aussi reçu le soutien d’une douzaine d’anciens chefs d’Etat africains qui ont signé une lettre commune.

En revanche les actionnaires non africains de la BAD semblent plus circonspects sur son action, selon des observateurs. La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains et 26 non africains, d’Europe, d’Amérique et d’Asie). Elle est la seule institution africaine cotée triple A par les agences de notation financière.

 

AFP

Source : Le Temps (Suisse)

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer