La famille de Abass Diallo nie en bloc et récuse tout arrangement

Ce samedi 30 mai, à Dabbano, les parents de Abass Diallo, abattu à bout portant par une unité de l’armée, à Wending, ont refusé de prendre des mains de la délégation constituée d’officiers de l’Armée, de la gendarmerie, de la garde, du directeur régional de la sûreté nationale du Brakna et du préfet de M’Bagne, venue présenter les condoléances un montant de 1 million de MRO.

Les proches ont fait savoir à ladite délégation leur stupéfaction suite aux propos jugés ‘’malveillants, ‘’inappropriés’’ tenus à l’égard de leur fils.

Face au refus ferme de la famille qui exige que justice leur soit rendue, la délégation, sur le chemin du retour à Aleg, a finalement remis ledit montant au maire de M’Bagne espérant peut-être que la famille reviendra sur sa décision.

Les larmes n’ont pas encore séché dans la localité. L’indignation reste vive. La famille de Abass Diallo nie en bloc les accusations portées à son encontre et se dit outrée par le communiqué de l’Armée nationale. ’’Abass est un éleveur. La veille de sa mort, il était parti acheter de l’aliment de bétail à M’Bagne. Il sera approché par un commerçant pour le transport de sa marchandise. Il ne s’est jamais livré à des activités de contrebande et reste inconnu des services de police. Il n’a jamais d’ailleurs eu affaire avec eux. C’est un père de famille rangé qui faisait vivre dignement sa famille’’, ont-ils rétorqué. Abass avait à sa charge ses huit enfants, quatre neveux
(enfants de sa sœur décédée) et sa mère de 80 ans.

Ses proches ont décidé de porter plainte et réclament l’ouverture d’une enquête pour élucider les circonstances ayant entraîné la mort de Abass Diallo et récusent tout arrangement.

Enfin, le neveu et le commerçant, témoins oculaires de la scène, ont été entendus, ce samedi 30 mai, par la brigade de gendarmerie de M’Bagne.

Source : Le Calame

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer