Philippines : Rodrigo Duterte appelle à tirer sur ceux qui ne respectent pas le confinement

« Tuez-les par balle ! » En matière de phrases chocs, le très controversé président des Philippines, Rodrigo Duterte, n’en est pas à son coup d’essai.

Après avoir placé près de la moitié des 110 millions de Philippins en quarantaine, le président a demandé aux forces de l’ordre d’abattre toute personne à l’origine de « troubles » dans les régions en confinement :

« J’ai donné l’ordre à la police et à l’armée, ainsi qu’aux responsables des villages, de tirer sur les gens en cas de problème ou de bagarres qui mettraient vos vies en jeu. Au lieu de causer des problèmes, je vais vous envoyer dans la tombe. »

A ce jour, les Philippines ont recensé 2 311 cas de Covid-19 et 96 morts. Les grands rassemblements sont désormais interdits, les écoles sont fermées et la plupart des entreprises sont fermées pendant un mois afin d’endiguer la propagation du coronavirus.

Des responsables philippins tempèrent

 

Quelques heures avant les déclarations de Rodrigo Duterte, le mercredi 1er avril, une vingtaine de personnes habitant les bidonvilles de Manille ont été arrêtées. Accusant le pouvoir de ne pas fournir d’aide alimentaire aux plus démunis, elles avaient organisé une manifestation contre le gouvernement.

Comme souvent, des responsables philippins sont revenus sur les propos de leur président. Le chef de la police, Archie Gamboa, a assuré ce jeudi 2 avril que les forces de l’ordre ne commenceraient pas à tirer sur les fauteurs de troubles. « Le président a probablement trop insisté sur l’application de la loi en cette période de crise », a-t-il déclaré.

Amnesty Philippines @amnestyph

We call on on the President to immediately cease his dangerous incitement to violence against those critical of the government during the COVID-19 pandemic. The lives of those most at risk must be considered a priority. – Butch Olano

Full quote here: http://amnesty.org.ph/news/duterte-shoot-to-kill-order-alarming 

Les propos de Rodrigo Duterte ont été condamnés par des organisations des droits de l’homme. Amnesty International Philippines appelle ainsi le gouvernement à fournir des produits de première nécessité aux habitants, plutôt que de les menacer.

 

 

 

Source : L’Obs (France) – Le 02 avril 2020

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer