Mauritanie : la CVE-VR esquisse un projet de société réconciliée égalitaire et démocratique

Les observateurs reviennent sur la plateforme de la CVE-VR présentée devant la presse cette fin de semaine qu’ils considèrent comme un projet de société pour une Mauritanie apaisée et réconciliée avec elle-même.

A y regarder de près c’est une plateforme très critique qui met en évidence l’échec d’un État unitaire centralisé depuis le congrès d’Aleg de 58 jusqu’à nos jours. Et également constructive dans ses perspectives d’avenir pour une nouvelle Mauritanie qui devra résoudre la difficile cohabitation entre les différentes composantes née de l’orientation  très tôt vers une arabité exclusive de la Mauritanie au détriment de son identité négro-africaine.

En effet la plateforme pointe du doigt la première grande crise post indépendance de 66 avec en toile de fond l’arabisation du système éducatif qui déclencha une contestation scolaire la plus violente de l’histoire du pays. Le rappel de ces secousses politiques est d’un grand intérêt historique pour comprendre la crise identitaire mauritanienne qui atteint son paroxysme en 86 date de la publication du fameux Manifeste du négro-mauritanien opprimé par les FLAM le premier mouvement de libération africaine en Mauritanie dont les dirigeants seront arrêtés jugés et emprisonnés à Oualata. Quatre d’entre eux y laisseront leur vie.

Parmi les rescapés les présidents de l’AJD-MR et des FPC. Ironie de l’histoire ils sont les sages aujourd’hui de cette coalition de partis politiques et d’organisation de la société civile entre les mains d’une nouvelle génération de jeunes consciente du long chemin de la liberté qui reste à parcourir. L’histoire retiendra que la période de 86 a 92 ou années de braise est marquée par les exécutions extrajudiciaires de 28 soldats négro-africains à Inal en 90 et des déportations de plus de 100000 noirs au Sénégal et au Mali en 89. Une épuration ethnique sous le régime le plus long des militaires de 84 a 2005 et qui n’a pas manque de laisser des traces au sein de cette communauté qui tente difficilement de refermer ses plaies.L’histoire récente retiendra un autre génocide sous le vocable biométrique initié en 2009 par Ould Aziz et qui mettra hors jeu des milliers de négro-mauritaniens devenus des apatrides et des sans papiers chez eux.

Cette plateforme va jusqu’au bout de l’analyse pour mettre en évidence l’exclusion dans toutes les sphères de la nation à l’école dans les médias dans l’armée dans la justice dans l’administration et la fonction publique dans l’économie du pays. Cette discrimination concerne également la communauté Hatatine qui représente aujourd’hui près de 40 pour cent de la population et dont le combat contre l’esclavage n’est plus à démontrer derrière son leader le président de l’IRA.

Cette exclusion et marginalisation des deux composantes nationales érigées en système de gouvernement minent l’unité nationale et la cohésion sociale et compromettent l’avenir du pays. Des solutions s’imposent avant que le pays bascule dans le chaos.La plateforme prône des réformes constitutionnelles et institutionnelles sur la base du vivre ensemble. Une nouvelle constitution  dans ses grandes lignes qui affirmera  l’identité arabe et négro-africaine et l’instauration d’un bicephalisme au niveau de la présidence. Les réformes sectorielles sur l’éducation la justice l’armée  l’économie les médias et l’administration devront rétablir la justice et l’équité sociale  entre tous les mauritaniens en privilégiant plus la compétence que l’origine ethnique ou tribale.

Ces réformes ne vont pas sans des réformes démocratiques qui restaurent un État de droit qui respecte la citoyenneté et les libertés et des réformes sociales qui passent par le règlement du passif humanitaire la correction de l’enrôlement surtout en direction des enfants des réfugiés dont la plupart n’ont plus d’identité  et l’application de la loi criminalisant l’esclavage et enfin le partage des ressources naturelles entre les mains de l’oligarchie militaire et de la classe dirigeante politique et des hommes d’affaires.

 

 

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya 23 février  2020)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Suggestion www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer