Mauritanie : le gouvernement face aux spéculations sur le prix des médicaments

A Nouakchott et dans d’autres localités mauritaniennes, le prix de plusieurs produits pharmaceutiques a enregistré des hausses au cours de ces derniers jours, sans raisons particulières. Le gouvernement s’est engagé à y faire face.

 

La Mauritanie connaît ces derniers temps une hausse inexpliquée du prix des médicaments vendus dans les pharmacies.

Une flambée des prix qui intervient après le lancement de mesures d’assainissement du secteur de la santé, qui ont particulièrement touché les pharmacies. Un grand nombre de ces officines a dû fermer ses portes, faute d’avoir respecté la règlementation.

Mais désormais, les autorités gouvernementales dénoncent un comportement spéculatif de pharmaciens, et annoncent une série de mesures pour faire face à la situation.

Une circulaire du ministère de la Santé liste ainsi une série de dispositions contraignantes destinées «aux importateurs, aux opérations de vente dans les pharmacies, au niveau des dépôts pharmaceutiques ou toute autre structure médicale agréée».

Toutes les opérations accomplies par ces différents acteurs doivent comporter «un papier à en-tête indiquant le nom de l’établissement, le nom du client et sa qualité, préciser la nature du produit, l’emballage, le numéro du lot, la quantité et le prix», avec l’obligation pour les pharmaciens d’exiger aux patients une ordonnance délivrée par un professionnel de la santé habilité.


LIRE AUSSI: Mauritanie: des mesures radicales pour le redressement du secteur de la santé


En plus de ces mesures, le gouvernement a également donné ses assurances au sujet d’une couverture suffisante en médicaments pour l’ensemble du pays, face à ces pratiques imputées aux pharmacies privées.

«Je suis heureux de constater que la Centrale d’Achats de Médicaments et de Consommables (CAMEC), possède actuellement un stock suffisant pour couvrir les besoins du pays et agir face à la spéculation exercée par le secteur privé sur le tarif des médicaments», a déclaré le ministre de la Santé, Mohamed Nadhirou ould Hamed, vendredi dernier, 24 janvier 2020, à l’issue d’une visite rendue à cette institution publique.

Le responsable gouvernemental a en outre qualifié «d’inacceptable la spéculation constatée sur le prix des médicaments dans les pharmacies privées, alors que le gouvernement s’attèle à les rendre disponible avec une garantie de la qualité».

Mohamed Nadhirou ould Hamed a annoncé la publication d’une liste unifiée des prix des médicaments, et appelé les pharmacies à cesser ces pratiques, «faute de quoi, a prévenu le ministre de la Santé, ils s’exposent à des sanctions».

Cheikh Sidya

Correspondant à Nouakchott

Source : Le 360.ma (Maroc)

 

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer