En Afrique de l’Ouest, le trafic de faux médicaments, plus lucratif que les stupéfiants

Malgré une lutte qui se structure, la prolifération de traitements falsifiés ou de qualité inférieure tue plus de 100 000 personnes par an sur le continent.

Après avoir enchaîné un paludisme et une typhoïde, Ayawo Hiévi pensait être au bout de ses peines grâce aux médicaments prescrits par un médecin de Lomé. Mais ce Togolais ne se doutait pas que le traitement serait pire que le mal et qu’il perdrait l’usage de ses reins.

C’était en 2015, dans le petit centre médical de son quartier. « Après quatre jours de soins, j’ai commencé à sentir des douleurs dans le ventre », explique à l’AFP le couturier de 52 ans. Deux semaines plus tard, il a dû être hospitalisé en urgence au CHU de Lomé. « La quinine et l’antibiotique utilisés pour me soigner dans le cabinet médical étaient de faux médicaments et ont abîmé mes reins. »

Lire aussi Au Niger, alerte au « faux » vaccin contre la méningite

Ayawo souffre aujourd’hui d’insuffisance rénale chronique et doit se rendre régulièrement à l’hôpital pour y être dialysé. « Mes activités sont totalement paralysées, car je ne suis plus en bonne santé pour exercer mon métier, explique-t-il avec rancœur. Psychologiquement aussi, je vous avoue que je souffre. »

Le drame de ce couturier est loin d’être un cas d’exception. Le trafic de faux médicaments, c’est-à-dire falsifiés ou de qualité inférieure, est responsable de plus de 100 000 morts par an en Afrique, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Faiblesse des systèmes de santé

 

Le phénomène existe dans le monde entier, mais 42 % des faux médicaments saisis depuis 2013 l’ont été sur le continent africain, où la faiblesse des systèmes de santé et la pauvreté ont favorisé, plus qu’ailleurs, l’émergence d’un marché parallèle. A Lomé, à Cotonou ou à Lagos, la plupart des médicaments sont écoulés sur les marchés en plein air, souvent sur des bâches en plastique posées à même le sol. On y trouve toutes sortes de remèdes, des antidouleur classiques aux antipaludéens, en passant par les antibiotiques. Les médicaments vendus dans la rue sont généralement deux fois moins chers que dans les pharmacies, davantage contrôlées et obligées de s’approvisionner chez des fournisseurs agréés par les différents ministères de la santé.

« Il est très difficile de tracer les faux médicaments vendus dans la rue, explique à l’AFP le docteur Innocent Koundé Kpéto, président de l’Ordre national des pharmaciens du Togo. Les pays qui sont mentionnés sur les boîtes ne sont souvent pas les pays de provenance de ces médicaments. Les fabricants brouillent les pistes pour ne pas être identifiés. » On estime qu’en Afrique, entre 30 % et 60 % des médicaments mis sur le marché sont faux, et proviennent en premier lieu de Chine et d’Inde, selon le docteur Kpéto.

Lire aussi Le Nigeria, principale porte d’entrée de faux médicaments sur le continent

Des plaques tournantes du trafic ont été démantelées, comme le célèbre marché Adjégounlé à Cotonou, l’une des principales portes d’entrée des faux médicaments sur le continent.

En juillet 2019, 67,8 tonnes de produits pharmaceutiques contrefaits, saisis entre juin 2018 et juin 2019, ont ainsi été brûlées à Lomé. Une saisie record de 200 tonnes de faux médicaments a été réalisée mi-novembre à Abidjan par la gendarmerie ivoirienne et quatre suspects, dont un ressortissant chinois, ont été arrêtés.

« Réseaux criminels très organisés »

 

Malgré ces efforts récents, les saisies montrent que « le phénomène reste important » et implique « des réseaux criminels très organisés », décrypte le docteur Kpéto.

La Fédération internationale de l’industrie du médicament (FIIM) estime qu’un investissement de 1 000 dollars peut générer 500 000 dollars de profits, ce qui rendrait les faux médicaments plus rentables que la plupart des stupéfiants.

Or, faute de législation spécifique, le trafic de faux médicaments est souvent considéré comme un simple délit de contrefaçon et les peines atteignent quelques mois d’emprisonnement tout au plus.

Lire aussi « Faux » médicaments en Afrique : la mort au bout du trafic

Sept chefs d’Etats africains (Togo, Congo-Brazzaville, Ouganda, Niger, Sénégal, Ghana, Gambie) se réuniront, samedi 18 janvier, pour signer l’Initiative de Lomé, un accord international criminalisant le trafic de faux médicaments. Le Togo est d’ailleurs l’un des pays pionniers à avoir modifié son Code pénal dès 2015. La peine encourue par les trafiquants y est désormais de vingt ans de prison et de 50 millions de francs CFA d’amende (76 200 d’euros).

L’objectif de cette initiative, sous l’égide de la Fondation Brazzaville, une ONG indépendante basée à Londres, est d’inciter d’autres Etats à apporter une « réponse collective à cette crise panafricaine ».

Mais tant que le Nigeria, vaste marché de 200 millions d’habitants et première destination des produits contrefaits en Afrique, ne rejoindra pas les efforts déployés par ses voisins, la lutte contre ce fléau restera anecdotique. En effet, le tiers des 126 millions de faux médicaments saisis dans seize ports africains lors d’une opération de l’Organisation mondiale des douanes en septembre 2016 était destiné au géant anglophone.

« Les gens meurent pour rien »

 

Vivian Nwakah a fondé en 2017 Medsaf, une start-up visant à garantir la traçabilité des produits pharmaceutiques locaux ou importés de leur lieu de fabrication jusqu’au consommateur final dans un pays qui compte des dizaines de milliers de points de vente plus ou moins informels. « Le Nigeria n’a pas de circuit de distribution fiable et centralisé, explique-t-elle. Un même hôpital doit parfois commander des produits à 30 ou 40 fournisseurs différents, comment voulez-vous qu’il s’en sorte ? »

Lire aussi L’Afrique, terrain d’étude des trois Nobel d’économie

Résultat, les faux médicaments inondent non seulement les marchés mais aussi les pharmacies et les hôpitaux, parfois à leur insu : des médicaments expirés, sous-dosés, comportant des molécules toxiques ou encore conservés des semaines à de très hautes températures dans les ports.

Medsaf se pose en sentinelle : elle assure déjà le contrôle qualité de milliers de produits pour plus de 130 hôpitaux et pharmacies à travers le suivi scrupuleux d’un produit via son numéro d’enregistrement officiel, sa date d’expiration et ses conditions de stockage. « La technologie peut résoudre la plupart des problèmes liés aux faux médicaments, veut croire la jeune femme. Les gens meurent pour rien. Nous pouvons changer ça. »

Le Monde avec AFP

Source : Le Monde

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer