Big Baba, humoriste : « On peut rire de tout, si c’est bien amené, et qu’on sente une intention bienveillante derrière »

Ce samedi 21 décembre, l’humoriste Big Baba, présente son one-man-show, « L’œil de la certitude », à l’Ambassador à Nouakchott. L’occasion d’évoquer son parcours sans calcul, des méandres de la comédie mauritanienne à ce 1er stand-up inédit en Mauritanie ce prochain week-end. Rencontre avec un grand cœur et une humilité confondante.

Depuis 5 ans, Rassoul Abdou Salam Seyid, aka Big Baba, fait partie du paysage humoristique mauritanien. Un peu plus même : il en est la figure probable de proue, d’un genre laissé en périphérie de l’art. « Je n’ai jamais pensé que je serais un humoriste, ça s’est vraiment fait sans calcul ; à la base j’ai d’abord touché au rap puis au slam » explique-t-il, entre deux bouffées de cigarettes, dans le terrain vague où on se pose pour discuter. « J’ai fait ma première vidéo (Carte Neymar – ndlr) avec Abda Mc ; c’était un délire entre amis, et devant le succès inattendu c’est devenu une mini-série. C’est là que je me suis sérieusement dit que je pouvais faire quelque chose dans ce domaine » continue le grand gaillard.

Un succès inattendu qui l’amène à se former tout seul, en autodidacte convaincu, à la rigueur, l’improvisation parfois, du stand-up, notamment à Kaédi. « Je voulais et devais me former au Canada à la base, mais une histoire personnelle a fait que je n’ai pas pu aller là-bas et finalement ce n’était pas plus mal, je peux le dire avec le recul » soutient Rassoul Abdou Salam Seyid.

Ce spectacle prévu ce samedi 21 décembre, entre les murs de l’Ambassador, près du stade olympique de Nouakchott, constitue à ses yeux son « premier défi de carrière » : « J’ai 2h de show qui sont prévues, sur un thème extrêmement sensible, tragique et personnel. Le pitch : C’est l’histoire vraie de mes deux oncles maternels, dont le plus jeune, Ibrahim, après moult échecs à trouver un emploi après l’obtention de son diplôme universitaire, convainc son grand-frère de traverser l’océan pour tenter sa chance en Occident. Il n’en reviendra pas » raconte Big Baba, soudain ému à la narration de ce fait familial. Enchaînant presque aussitôt : « Je pense qu’on peut rire de tout, si c’est bien amené et si on sent une intention bienveillante derrière ; et mon intention première est de sensibiliser sur cette folie meurtrière de tenter la clandestinité par la mer ou le désert ; et quel message mieux diffusé et imprimé en tête que celui martelé par le rire ?? » dit-il tout sourire. D’où le titre du spectacle : L’œil de la certitude ; « c’est certain que tu prends un risque mortel en empruntant cette voie ; l’océan rejette les corps de nos frères et sœurs chaque jour pour nous le prouver » murmure l’humoriste.

Une sensibilisation qui mène logiquement à une dénonciation : « Le premier fautif est l’état qui ne tente même pas de jouer son rôle de régulateur et de pourvoyeur d’emplois aux jeunes. On ne peut pas embaucher tout le monde, mais donner aux gens la certitude qu’ils auront leur chance en fonction de leurs mérites donne de l’espoir. Or rien de pire qu’une jeunesse sans espoir ; alors elle est prête à tout » argumente l’artiste originaire de Boghé.

Son prochain spectacle ? « J’ai déjà fini de l’écrire : ce sera sur les douloureux « évènements » de 1989, inspiré de mots entendus, de témoignages, de scènes cocasses vues et entendues de mes propres yeux et oreilles, et qui pouvaient déjà laisser présager de cette terrible date. Certains cerveaux étaient préparés » annonce-t-il.

 

 

 

 

Source : Mozaikrim

 

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer