Calam(ités)

Les Mauritaniens se préparent à célébrer cinquante-neuf ans d’indépendance dans quelques jours. Il va sans dire que six décennies, c’est a priori bien peu dans la vie d’une nation.

Mais, pour des pays comme la Mauritanie, c’est tout de même le temps qu’il a fallu pour poser les jalons essentiels à la construction d’un État moderne départi des préjugés et anachronismes sources de tensions et animosités tous azimuts. Et qui détournent les peuples et les gouvernants des véritables défis à relever ensemble pour lancer un développement harmonieux et durable au profit équitable de tous les citoyens. Parole « réitérée » que ces propos de circonstances ?

Certes mais elle servira au moins à démontrer que les déclarations d’intention et les vœux pieux n’ont jamais servi à grand-chose. Il est vraiment largement temps de comprendre que « si l’on ment, on ne doit pas mentir aux gens ». Toutes les réformes possibles et imaginables ne servent à rien si les dysfonctionnements structurels ne sont pas corrigés. Il faut des mesures et des actes très forts qui requièrent volonté ferme et grand courage. Disons-nous la vérité.

Arrêtons de nous voiler la face et de nous laisser endormir par de merlinesques enchanteurs aux discours exquis et raffinés tout juste bons à amuser la galerie. Ce que nous constatons aujourd’hui, à chaque cérémonie officielle, ne sert pas l’intérêt supérieur de la Nation. Les rencontres publiques devraient refléter l’image d’une Mauritanie plurielle, fière de ses différences et riche de sa diversité. Or ce qui est  présenté, lors de ces évènements, me semblent bien plutôt de nature à rougir de honte et d’irresponsabilité. Loin de raffermir l’unité nationale, les derniers mouvements des officiers de l’armée nationale, des responsables de la police, des hauts fonctionnaires de l’administration civile et autre gradés du Groupement général de la sécurité routière donnent, une fois encore, des arguments providentiels à ceux qui estiment, à variablement juste raison, que la Mauritanie est aux mains d’une seule communauté.

J’étais, un de ces jours derniers, à la fac pour en ramener mon fils. Un jeune étudiant négro-africain me fit la remarque suivante : « Il n’y a pas beaucoup de ‘’nous’’, ici. C’est à peine si tu y croises un négro ». Et mon fils à qui je rapportais cet avis : « Oui, il n’y sont pas admis », reconnaissait-il, « Comment faire ? Les prendre de la rue, comme ça, au hasard, et les faire asseoir dans les amphis ? »

Tout cela pour dire que personne n’est comptable de cette vilaine situation mais nous sommes, tous ensemble, tenus à lui trouver une solution. Et commencer déjà par éviter, tant que peut se faire, d’offrir au monde tant d’images de marginalisation, exclusion et iniquité. « Évoquer de telles choses menacent la cohésion sociale ! », glapissez-vous ? Vous n’avez donc absolument rien compris. Le vrai danger, c’est justement de ne pas en parler. L’égalité entre les citoyens  et la consolidation de la justice sociale ne se décrètent pas. Elles sont la conséquence de politiques et de programmes bien élaborés qui ne souffrent ni du tempérament des uns ni des humeurs partisanes et frileuses des autres.

Les discours ne suffisent pas. Seuls les actes comptent et c’est eux seuls qui valent la peine d’être entrepris. Du premier discours fondateur, fin des années cinquante, de feu Moktar ould Daddah, à celui du président Mohamed ould Cheikh El Ghazwani, prononcé il ya quelques jours à Chinguetti lors du festival des villes anciennes, rien n’a véritablement bougé. Les réalités sont d’autant plus têtues que rien n’est fait pour les modifier.

Les changements structurels sont tributaires de la volonté de ceux qui ont la légitimité de les entreprendre. Sans s’embarrasser des caprices de ceux qui veulent entretenir le statu quo on ne sait à quel dessein. Soixante ans : il est vraiment temps que la Mauritanie démarre sur des chapeaux de justice, d’égalité et de fraternité.

Sneiba El Kory

Source : Le Calame

Suggestion  kassataya.com :

SOS Esclaves inaugure son nouveau siège

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer