Mauritanie : de la CVE à une structure qui s’apparente à un parti

Les résultats que vient d’annoncer le conseil présidentiel de la CVE réuni ce début de semaine à Nouakchott tournent à l’avantage d’une structure dotée d’organes d’orientation et de gestion sur  fond d’une charte de bonne conduite.

L’histoire retiendra que l’agenda caché de la CVE relayé par les réseaux sociaux ces dernières semaines, est bien une révélation d’un de ses principaux instigateurs le leader du parti ARC EN CIEL. Une guerre ouverte contre les deux leaders charismatiques des forces patriotiques Ibrahima Sarr de l’AJD-MR et Samba Thiam des FPC qui les poussé à sortir du navire qui voguait sur des eaux troubles comme en témoigne la décision du conseil présidentiel de doter la CVE de nouvelles structures. Une charte de bonne conduite et des organes d’orientation et de gestion à l’issue de son conclave ce début de semaine à Nouakchott.

Pour les observateurs cette mutation s’apparente à un parti en tout cas dans ce modèle choisi par le nouveau G7 de la CVE des leaders de partis reconnus et non reconnus et d’organisations de la société civile issus du MPR, FRUD, ARC EN CIEL, PLEJ, FLAM, KAWTAL et Groupe de Réflexion. C’est le prologue d’une CVE coupée en deux auquel assistent les observateurs qui pointent le retour aux anciennes divisions des négro-mauritaniens sur la scène nationale.

Tout en laissant la porte ouverte le G7 est décidé d’aller jusqu’où bout de ses ambitions  c’est-à-dire être le principal interlocuteur avec le pouvoir comme en témoigne la rencontre de son président KHB avec le président mauritanien dans le cadre de ses consultations avec l’opposition. Mais cette vision est contraire à l’esprit du vivre ensemble véritable poumon de la CVE.

Les conséquences peuvent être incalculables au sein d’une même famille dont l’objectif commun est d’apporter des solutions à la question nationale, la difficile cohabitation bafouée du père de la nation au président Ould Ghazouani. Les leaders négro-mauritaniens gagneraient mieux à ne pas se détester et trouver une formule de synergie pour lutter contre le racisme d’Etat qui fait des ravages au sein des populations noires et Haratines.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

(Reçu à Kassataya 06 novembre 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer