Dossier FCFA : la Françafrique, un frein à l’indépendance économique de l’Afrique

« La France est ouverte à une réforme ambitieuse du FCFA ». Une boutade du ministre français de l’économie Bruno Le Maire à l’issue de la concertation avec les ministres africains de la zone franc le 5 octobre dernier à Paris et qui résume l’état des relations entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique. Autrement dit la bonne santé de la Françafrique. Mais depuis plus d’une décennie la sortie de la zone est remise à l’ordre du jour au sein du cercle traditionnel politique franco-africain par les réseaux sociaux et les médias. La réponse relève de la souveraineté des états africains qui ont compris que la création de la nouvelle monnaie l’Eco au sein de la CEDEAO est un pas important vers un grand marché africain.

Kassataya revient sur l’origine de ce clivage qui dure depuis les indépendances de l’Afrique francophone, l’histoire entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique avant de s’intéresser sur le fonctionnement du FCFA et de son rôle qu’elle dans ces pays avant d’ouvrir le débat sur son opposition parmi les dirigeants africains eux-mêmes et par les activistes de la société civile. Un dossier CFA par notre collaborateur Bakala Kane.

 

Partie 1 : le traité de Berlin ou le partage de l’Afrique

Incontestablement le partage de l’Afrique par les puissances européennes à l’époque remonte au traité ou la conférence de Berlin de 1884 à 85 à l’initiative du chancelier allemand BISMARCK et du Portugal avec la participation de l’Autriche-Hongrie, la Belgique, le Danemark, la Suède-Norvège, l’empire Ottoman, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Russie et enfin les Etats-Unis. La concertation entre l’Europe et les Etats-Unis visait essentiellement à coloniser le continent africain pour parachever le mouvement d’exploration déjà très avancé par les 3 expéditions les plus connues. Il s’agit de celles de Brazza pour la France de Stanley pour la Grande Bretagne de Serpa Pinto pour le Portugal. Ces puissances naissantes entendaient ainsi imposer des règles de libre accès commercial aux grands bassins fluviaux du continent et l’obligation à chacune d’occuper un territoire. Une course folle qui mena ainsi la France qui était déjà présente dans plusieurs colonies à marquer son territoire dans plusieurs pays aux prix des guerres contre les royaumes africains.

Mais l’histoire du FCFA (Franc des colonies d’Afrique) remonte bien avant ce traité de Berlin précisément à 1853 avec la banque du Sénégal où l’Etat français a roulé dans la farine les propriétaires d’esclaves en refusant de leur payer la somme que l’Etat français avait accepté d’acquitter pour que les esclavagistes acceptent de libérer les esclaves au Sénégal en 1848 (abolition de l’esclavage). C’est cette somme qui a été convertie en actions de la première banque de la zone franc appelée Banque du Sénégal. Et étrangement cette banque pouvait émettre la monnaie avec crédit quasi-illimité comme une banque centrale et fonctionner commercialement comme une banque classique. C’est cette banque qui est devenue après les indépendances en 1960 la Banque d’Afrique occidentale avant de devenir une banque internationale pour l’Afrique de l’ouest aujourd’hui disparue dans des conditions non encore élucidées.

Cherif Kane

Coordinateur journaliste

 

(Reçu à Kassataya le 13 octobre 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer