LA MAURITANIE S’ENGAGE DANS UNE ALTERNANCE DANS LA CONTINUITÉ : OUI, LES MOHAMEDS SONT DES «ALTER-ÉGO»

Aujourd’hui, certains opportunistes frustrés, ingrats, voire charlatans, cherchent désespéramment à miroiter à Mohamed Ould Cheikh El’Ghazouani des valeurs qui ne sont pas les siennes, et ce, dans le but de l’intégrer, au plus vite, à leur culture de la déloyauté machiavélique.

Je rappelle à ceux-là, qu’ils se sont déjà cassés les dents et les ongles à cet égard, suite à la «balle» de TOUWEYLA du 13 octobre 2012.

Souvenons-nous, argüant que Aziz est devenu incapable, voire mourant, ils se sont tous, y compris des très proches de l’ex-Président, précipités voir Mohamed Ould Ghazouani pour qu’il «holdup» le fauteuil présidentiel! Peine perdue. Ghazouani a refusé catégoriquement de bouger, ne serait-ce que d’un iota, même pas un mot, et ce, uniquement par principe et par loyauté!

Cette honorable position n’est pas le fruit du hasard ou de la peur, mais bien une attitude de loyauté tissée par une amitié de longue date; amitié parsemée des dangers dans les trancher, en temps de guerre, mais aussi par les risques encourus pour le pays.

On peut donc affirmer, sans le moindre doute que MOHAMED = MOHAMED et les deux ne font qu’UN: le régime politique en vigueur en Mauritanie depuis 2008!

Pour ceux qui doutent, ils n’ont qu’à regarder de près la trajectoire des deux hommes et les évènements passés dans ce pays.

Tout d’abord, Mohamed Ould Ghazouani a été l’intime et le principal complice de Mohamed Ould Abdelaziz lors du coup d’état opéré le 5 aout 2005 contre le régime de Ould Taya.

Il fut désigné par la suite comme membre d’office au sein du Comité Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD), lequel comité lui a confié le poste clef de Directeur Général de la Sureté Nationale.

À ce titre, il a joué un rôle important dans le choix et la confirmation de Sidi Ould Cheikh Abdellahi (SIDIOCA) à l’élection présidentielle de 2007.

Et, n’eut été lui, Mohamed Ould Abdelaziz n’aurait jamais accepté SIDIOCA comme candidat à l’élection présidentielle de 2006!

Les jumeaux Mohameds, furent tous les deux promis aux grades de généraux par SIDIOCA. Et, tous les deux furent aussi démis de leurs fonctions par décret passé à l’aube, en catimini, par ce même SIDIOCA.

S’imposa alors pour eux le deuxième coup d’État du 6 août 2008, ou mouvement de rectification, comme il plaisait à certains de l’appeler.

Les deux hommes se sont alors confortablement partagés les rôles: Mohamed Ould Abdelaziz Président et Mohamed Ould Cheikh Gazouani Chef d’État-Major des armées (terre-air-mer).

Et, comme beaucoup le savent, depuis 1978 à ce jour, il n’existe en Mauritanie que DEUX INSTITUTIONS RÉELLEMENT EFFECTIVES: l’institution de la PRÉSIDENCE et celle de l’ARMÉE. Ces deux institutions sont si liées, qu’elles se contrôles, se méfient, se complètent dans leurs rôles et se substituent au besoin, si bien qu’il n’est pas exagéré de dire que l’une est INCLUSE dans l’autre. Le reste des institutions de l’État n’est que satellitaire!

Donc, on peut affirmer, sans se tromper, que Mohamed Ould Ghazouani était au cœur, le pendant et le complice de tous ce qui a été entrepris, fait ou réalisé, en Mauritanie depuis le 5 août 2005.

Dire le contraire, ou interpréter les évènements autrement, c’est faire preuve de naïveté déconcertante.

Partant de ce constat, Mohamed Ould Cheikh El’Ghazouani ne peut nier aujourd’hui ce qu’il est, a toujours était, à savoir l’ARCHITECTE du RÉGIME politique qui a gouverné la Mauritanie durant les QUANTORZE (14) dernières années.

Le Ministre, porte parole du gouvernement, Monsieur Salem Ould SIDI, a tout à fait raison de déclarer que ce régime est le prolongement de celui qui la précédé. Une logique d’un naturel désarment: car on est de facto dans à une alternante dans la continuité!

Après tout, c’est comme ça que ça se passe partout ailleurs dans Monde: les Républicains/Démocrates aux USA; la Droite/Gauche en France; les Travailleurs/Conservateurs en UK … et j’en passe! À ce que je sache, aucun républicain n’a voulu être démocrate une fois élu; encore moins un travailleur a voulu être un conservateur … etc. C’est le principe de la doctrine et du dogme politique.

Certes, le style est toujours personnel et la vision est très souvent singulière à chacun. Mais le fond reste le même.

Ne vous y trompez donc pas! La doctrine et la conception de la chose publique en Mauritanie est la même chez les deux Mohameds!

Pour moi, la seule différence entre Ghazouani et Abdelaziz est que le premier a par le passé choisi, volontairement et pudiquement, durant les quatorze dernières années, de se soustraire au éclats de la scène et aux flashs des caméras, pour laisser toute la place à son frère Mohamed Abdelaziz, ce qui lui fait honneur et dénote par ailleurs chez-lui une grande générosité et un excellent jugement. La preuve en est qu’il est aujourd’hui le Président de la Mauritanie, en lieu et à la place de Mohamed Ould Abdelaziz.

Maître Takioullah Eidda, avocat

Bir-Oumgrein, Mauritanie.

(Reçu à Kassataya le 18  août 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer