Les Saoudiennes autorisées à voyager sans autorisation

Cette nouvelle règle s’appliquera aux femmes âgées de 21 ans ou plus. Jusqu’à présent, elles devaient obtenir la permission d’un de leur «tuteur» pour se marier, renouveler leur passeport ou sortir du pays.

Les Saoudiennes seront désormais autorisées à obtenir un passeport et à voyager à l’étranger sans devoir obtenir l’accord préalable d’un «tuteur» de sexe masculin, a annoncé le gouvernement jeudi à Riyad.

«Un passeport sera délivré à tout ressortissant saoudien qui en fera la demande», écrit le quotidien gouvernemental Umm Al Qura, citant une décision de l’exécutif. Selon le quotidien proche du gouvernement Okaz et d’autres médias citant les autorités, cette nouvelle règle s’appliquera aux femmes âgées de 21 ans ou plus.

Lire aussi: L’Arabie saoudite pénalise désormais le harcèlement sexuel

Jusqu’à présent, les femmes en Arabie saoudite doivent obtenir la permission d’un de leur «tuteur» – mari, père ou autre parent de sexe masculin – pour se marier, renouveler leur passeport ou sortir du pays. Ce système, qui revient à assimiler les Saoudiennes à des mineures toute leur vie durant, est dénoncé depuis des dizaines d’années par les organisations de défense des droits des femmes.

Une série de mesures de libéralisation

 

La décision d’autoriser les Saoudiennes à voyager librement à l’étranger est la dernière en date d’une série de mesures de libéralisation menées par le prince héritier Mohammed ben Salmane, alias MBS, qui a la haute main sur toutes les affaires du royaume ultraconservateur.

La plus emblématique de ces réformes a été celle permettant aux femmes de conduire une voiture depuis juin 2018. Les femmes ont également été autorisées récemment à assister à des matches de football et à accéder à des emplois autrefois strictement réservés aux hommes.

Lire aussi: Les Saoudiennes au volant, les ultra-puritains en embuscade

Si elles ont transformé la vie de nombreuses Saoudiennes, ces réformes sont toutefois insuffisantes aux yeux des critiques, qui soulignent que le système de «tutorat» en vertu duquel les hommes ont pratiquement tous les pouvoirs sur leurs parents de sexe féminin est encore loin d’être aboli.

 

ATS

Source : Le Temps (Suisse)

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer