Crise postélectorale : L’opposition mauritanienne ouverte au dialogue

14 partis de l’opposition mauritanienne ont exprimé,  ce jeudi 4 juillet, au cours d’un point de presse tenu au siège du parti Tawassoul, en présence des 4 candidats malheureux de la présidentielle,  leur disponibilité au dialogue pour sortir le pays de la crise consécutive au scrutin  du 22 juin dernier.

Dans une déclaration distribuée à la presse, ces partis ont par la même occasion, condamné la décision du conseil constitutionnel ayant validé l’élection d’Ould Ghazwani à la tête du pays. Pour eux, cette décision étouffe l’espoir des mauritaniens  de corriger les graves fautes  commises par la CENI et rejettent les élections frauduleuses et contraires à la volonté de l’électeur mauritanien tel qu’exprimée clairement par son engouement lors de la campagne électorale.

Enfin, les partis politiques et les candidats ont saisi l’occasion pour condamner l’arrestation arbitraire du journaliste Ahmed Wediaa, directeur du site Essiraj et vice-président de l’Ong de défense des droits de l’homme, SOS Esclaves, embastillé depuis lundi dernier. Ils ont exigé sa libération immédiate.

Cette conférence de presse aura été marquée par de vives  protestations du vice-président de l’AJD/MR, l’ex député Bâ Mamadou Bocar contre l’absence de traduction en français des questions des journalistes et des réponses des représentants des partis politiques ; il aura fallu la diplomatie du président de l’UFP, Dr. Mohamed  Ould Maouloud pour le dissuader de quitter le podium.

Les partis signataires de cette déclaration sont : AJD/MR, AL Moustaqbel, FPC, MPR, RFD, FRUD, Ar-en-ciel , PCM, PLEJ, Tawassoul, UFP, UNAD, UNDD, DECALEM et SAWAB.

Source : Le Calame (Le 04 juillet 2019)

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source : www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer