Matteo Salvini réclame aux navires humanitaires au moins 3 500 euros par migrant secouru

Le ministre italien de l’Intérieur souhaite, à travers un décret-loi, faire payer une amende aux navires humanitaires qui débarquent en Italie. L’amende serait calculée en fonction du nombre de migrants à bord : entre 3 500 euros et 5 500 euros par personne secourue.

 

À deux semaines des élections européennes, le ministre italien de l’Intérieur s’adonne à son sujet favori : les déclarations choc sur les migrants. Après avoir interdit l’an dernier l’accès aux ports italiens pour les navires humanitaires et tenté de les immobiliser en les accusant de collusion avec les passeurs, Matteo Salvini veut désormais les faire payer.

En fin d‘après-midi vendredi 10 mai, le chef du parti d’extrême-droite a présenté un projet de décret-loi qui prévoit de faire payer une amende de 3 500 à 5 500 euros par migrant arrivé en Italie aux navires humanitaires. La raison : les attaquer au porte-monnaie pour n’avoir pas respecté les consignes des garde-côtes compétents dans la zone où il serait intervenu. En clair, si les navires humanitaires ne respectent pas les ordres des garde-côtes libyens, ils devront s’acquitter d’une amende.

Scandalisées, les ONG se défendent et invoquent le droit maritime international : toute personne secourue en mer doit être déposée dans un port sûr. Les humanitaires rappellent ainsi qu’il est illégal de débarquer les migrants secourus en Libye, pays actuellement en guerre.

« C’est absurde, c’est comme si on faisait payer les ambulances qui transportent des patients vers un hôpital », a dénoncé le responsable de Médecins sans frontière (MSF) en Italie, cité par le quotidien Les Échos.

Le texte doit être validé en Conseil des ministres

Le texte défendu par Matteo Salvini entend également renforcer son pouvoir en étendant les prérogatives de son ministère à celui des Transports. Il pourra ainsi interdire lui-même l’entrée d’un bateau dans les eaux italiennes.

Luigi di Maio, vice-Premier ministre italien du mouvement populiste 5 étoiles (M5S), s’est dit « déçu » par ce projet de loi qui ne prévoit rien pour accélérer l’expulsion des migrants en situation irrégulière.

>> À lire sur InfoMigrants : Accablée par la politique de Salvini, la Croix-Rouge de Rome cesse une partie de ses activités pour les migrants

Le texte doit encore être validé en Conseil des ministres.

Cette annonce intervient alors que les départs de migrants se sont accentués ces derniers jours. Plus de 300 personnes ont pris la mer depuis la Libye avec l’espoir d’atteindre les côtes européennes. Vendredi 10 mai, un naufrage au large de la Tunisie a fait une soixantaine de morts. L’embarcation était partie la veille de Zouara, ville côtière de Libye, à 120 km à l’ouest de Tripoli.

La zone de détresse (SAR zone) est désormais désertée par les navires de l’opération européenne Sophia et par les navires humanitaires empêchés de prendre la route. A la date du 13 mai 2019, seul le Sea-Watch était présent au large de la Libye.

 

Source : Info Migrants

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer