Retour sur le 8 mars : Des hommes et des femmes plaident en faveur des droits des femmes (Photo)

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des droits des femmes, l’Organisation des Nations Unies a retenu comme thème « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ».

Pour Houleye Kane journaliste et militante des droits en Mauritanie, cette journée est une occasion de faire l’état des lieux de la situation des femmes. Ce n’est pas une fête mais une journée de plaidoyer pour la cause de ses femmes.

Joignant l’acte à la parole, Houleye Kane avec un ensemble de collectifs ont organisé une rencontre sous la Khaima (cette tente maure) de l’Institut Français de Mauritanie (IFM) afin de discuter de la situation de la femme mauritanienne sous l’angle du « Genre et de l’innovation ».

Le collectif à l’initiative de cette rencontre a donné, en cette journée des droits des femmes, la parole à des hommes afin de parler des femmes.

Ici en Mauritanie nous donnerons la parole aux hommes pour réfléchir sur les questions des femmes.

Chacun des intervenants a évoqué la place de la femme dans son domaine de compétence, allant de la finance, à la santé en passant par l’emploi, le panel a fait ressurgir les pressions ou discriminations que subissent les femmes dans la vie de tous les jours.

Le journaliste Hacen Lebatt qui a évoqué les inégalités Hommes- Femmes au niveau de l’emploi ou des revenus salariaux a tenu à souligner d’autres formes d’inégalités comme le raciste, les discriminations relatives aux castes dites inférieures entre autres.

Tandis Dr Dieng est revenu quant à lui sur l’impact de l’excision sur la santé reproductive et des complications sanitaires qui touchent particulièrement les femmes.

Houleye Kane, journaliste et militante des droits des femmes en Mauritanie

Dans son discours introductif Houleye Kane qui coordonnais la journée a mis l’accent sur la capacité de résilience es femmes, qui malgré l’ensemble des contraintes auxquelles elles font face, s’en sortent relativement bien.

Elle y a rendu un hommage appuyé aux pionnières comme madame Aissata Kane (première femme ministre) ou la première avocate femme, Me Fatimata M’baye.

Invitant l’assistance à ne pas être prisonnier du passé, elle l’invite à se projeter vers le futur en mettant en relief le rôle des nouvelles technologies dans la libération de la femme.

Houleye Kane profitera de ce moment pour magnifier le travail fait par d’autres jeunes femmes en Mauritanie, citant pêle-mêle le travail de Hadina Rimtik, InnovRim ou le Ilab avec la Jeune Chambre de Commerce de Mauritanie.

Cette journée a été organisée par un collectif d’association dont l’initiative Femme et Justice Climatique, le club j’Aime lire, l’Association pour la Santé de la Femme et le Développement, Kasvision Nour, Women Independance Day, et l’Ong Aiser ,  en collaboration avec l’institut Français de Mauritanie.

Après des échanges riches entre l’assistance et les panélistes, la discussion s’est poursuivie autour d’un cocktail offert pour l’occasion par les partenaires.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Kassataya

26 mars 2019

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention :  Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close