AJD-MR : Déclaration sur la marche de l’UPR

La marche décidée par le parti UPR « contre le racisme et les discours haineux » appelle de la part de l’AJD/MR quelques observations. N’étant pas dupes sur les arrière-pensées du pouvoir liées notamment à l’agenda politique du président Mohamed Ould Abdel AZIZ, et sur les allusions accusatoires que recèle un tel intitulé vis-à-vis d’une certaine opposition, nous en dénonçons l’expression.

 

En effet, nous savons que quand le pouvoir évoque des « discours haineux », il vise entre autres des partis comme le nôtre, dont les parlementaires durant la législature passée, ont pu être affublés de tels qualificatifs parce que précisément ils dénonçaient le racisme d’état, l’esclavage et l’exclusion. Ce fut également le cas quand le président Ibrahima Moctar SARR affirma avec justesse que d’ici peu l’administration mauritanienne ne comptera plus de noirs.

 

Le racisme en Mauritanie est l’émanation de l’Etat lui-même qui, en plus d’avoir été directement responsable d’un génocide physique et biométrique sur les populations noires, en fait preuve de manière éclatante dans ses recrutements. Il n’est pour s’en convaincre qu’à regarder la composition ethnique des élèves de l’Ecole militaire, des membres du gouvernement ou celle des dirigeants des corps constitués de l’Etat. Que le parti au pouvoir veuille hypocritement convier à une marche contre le racisme alors qu’il a les moyens d’agir, cela dissimule grossièrement un cheval de Troie.

 

Si l’AJD/MR est convaincue que le racisme d’Etat et l’esclavage sont la centralité du débat politique en Mauritanie, elle est tout aussi convaincue que l’on ne peut dénoncer ces phénomènes avec ceux qui dirigent un état qui continue de couvrir les responsables des crimes racistes et génocidaires de 1990 par la honteuse loi d’amnistie de 1993.

 

L’Ajd-mr est attachée à ce que l’ensemble des acteurs politiques et de la société civile qui combattent sincèrement le racisme se retrouve dans le cadre d’un rendez-vous ultérieur pour dénoncer le racisme d’état, l’esclavage et l’exclusion.

 

Nouakchott, le 07 janvier 2019

Le Bureau Politique

(Reçu à Kassataya le 08 janvier 2019)

Les opinions exprimées dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Elles ne reflètent en aucune manière la position de www.kassataya.com

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer