“Gilets jaunes” : la presse étrangère raconte les manifestations dans “un Paris irréel”

Les médias internationaux ont largement couvert la journée de mobilisation des “gilets jaunes”, samedi 8 décembre. La plupart se trouvaient à Paris, où la tension était la plus importante, alors que des manifestations ont eu lieu dans toute la France.

 

“La Tour eiffel est fermée, les magasins barricadés et les lumières de Noël sont éteintes”, énumère The Observer, qui parle de “Paris en état de siège”. Pour “l’Acte IV” des manifestations des “gilets jaunes”, ce samedi 8 décembre, la sécurité était maximale dans les rues de la capitale.

“Mais la démonstration de force du gouvernement semble payer”, souligne d’emblée le journal britannique. The Observer raconte qu’avant même le lever du soleil, “les forces de l’ordre françaises ne laissaient aucune chance”, avec de nombreux contrôles et des interpellations qui se sont vite comptées en centaines.

“Si le nombre de manifestants a baissé, celui des interpellations s’est envolé”, note le quotidien espagnol El Pais. En fin d’après-midi, on recensait plus de 1000 arrestations à Paris. Mais le journal de Madrid restait surpris de la mobilisation : “Au final, le ras-le-bol a été plus fort que tous les avertissements et les mesures exceptionnelles de sécurité mises en œuvre. Des milliers de ‘gilets jaunes’ ont défié les autorités qui avaient demandé aux Français de rester chez eux.”

Une énorme présence policière

 

La correspondante du journal belge Le Soir estime avoir passé “un samedi dans un Paris irréel”. Elle décrit l’avenue Kléber, à deux pas de l’Arc de Triomphe :

Des panneaux de bois ont été cloués sur les vitrines des commerces. À l’entrée d’un hôtel quatre étoiles, quelques vigiles sur le parvis amènent des masques. Dans le quartier survolé en permanence par un hélicoptère, on ne croise que des gilets jaunes, des hommes en noir qui dissimulent parfois leur visage et des forces de l’ordre. Irréel.”

Si dans les autres villes françaises, les rassemblements se sont généralement déroulés dans le calme, “à Paris des éléments radicalisés ont pris d’assaut les manifestations, les rendant violentes, même si le niveau de la semaine dernière n’a pas été atteint”, explique le New York Times. Le quotidien américain décrit “la tactique agressive de la police française, indiquant un changement de stratégie par rapport aux semaines précédentes”. Et de conclure : “L’énorme présence policière, quasiment absente samedi dernier, est apparue bien plus en mesure de contenir les violences.”

Après cette journée finalement plus tranquille qu’annoncée, la tension ne semble pourtant pas retomber à Paris, juge Le Temps. Le quotidien suisse parle d’une “nuit qui peut faire vaciller la France” car, dans plusieurs grandes villes, “les casseurs ont remplacé les protestataires”. Le correspondant du journal décrit le début de soirée près de la gare Saint-Lazare : “Des groupes de jeunes y défoncent la devanture d’un Starbucks avec le pilier d’un abribus démonté. La façade d’un McDonald’s est dépecée et quelques sièges ont été jetés sur le bitume pour constituer une barricade. Le boulevard Poissonnière pue le plastique brûlé. Premiers tirs de gaz lacrymogènes. La nuit de violences urbaines si redoutée par les forces de l’ordre pourrait bien avoir lieu.”

 

Corentin Pennarguear

Diffusion partielle ou totale interdite sans la mention : Source www.kassataya.com

Related Articles

Close
Close